Les journalistes de BFMTV renoncent aux reportages sur les «gilets jaunes» en signe de «protestation»

COLERE Les journalistes de BFMTV expriment leur ras-le-bol après les agressions de plusieurs reporters alors qu’ils couvraient les manifestations de « l’acte VIII »…

A.D.

— 

Des manifestants  «gilets jaunes» à Toulouse ce samedi 5 janvier 2018.
Des manifestants «gilets jaunes» à Toulouse ce samedi 5 janvier 2018. — Ferderic Scheiber/SIPA

Un fossé toujours plus grand entre «gilets jaunes» et médias. Alors que plusieurs reporters de BFMTV ont été agressés alors qu’ils couvraient les manifestations de « l’acte VIII », les journalistes de la chaîne d’info d’Altice ont décidé de ne plus couvrir les manifestations des « gilets jaunes » en signe de « protestation » ce lundi.

« Suite à une nouvelle agression de l’une de nos équipes et la blessure de l’une de nos collègues lors de la manifestation samedi, l’ensemble du service reportage, appuyé par la rédaction, a décidé d’un commun accord de ne pas se rendre sur un rond-point ou une quelconque mobilisation du mouvement des “gilets jaunes” ce lundi en signe de protestation », est-il écrit dans un message envoyé aux membres de la rédaction, selon les informations du Figaro.

« On ne compte plus les violences et les menaces de morts »

« Une discussion plus approfondie sur le sujet à l’initiative de la SDJ (société des journalistes) se tiendra dans la semaine pour que chacun puisse s’exprimer », conclut ce message.

« Depuis le début du mouvement (…), on ne compte plus les violences et les menaces de morts, menaces de viols… que nos confrères et consœurs subissent sur le terrain », dénonçait la SDJ dans un communiqué, envoyé ce dimanche.

Cette décision, inédite dans l’histoire de la chaîne, intervient après que la « gilet jaune » Ingrid Levavasseur a renoncé à devenir chroniqueuse après avoir reçu des menaces physiques émanant d’autres « gilets jaunes ».