VIDEO. «Secret Story»: Morgane Enselme révèle une face cachée de la téléréalité d'enfermement

TEMOIGNAGE Sept ans après sa participation à la cinquième saison de « Secret Story », Morgane Enselme livre le récit subjectif de son expérience et des coulisses de l'émission de TF1...  

Ophélia Pinto

— 

Morgane Enselme raconte son expérience dans «Secret Story» au cours d'une vidéo mise en ligne le 2 janvier 2019 sur sa chaîne YouTube.
Morgane Enselme raconte son expérience dans «Secret Story» au cours d'une vidéo mise en ligne le 2 janvier 2019 sur sa chaîne YouTube. — Capture d'écran YouTube

Le 8 juillet 2011, alors âgée de 21 ans, Morgane Enselme faisait son entrée dans la maison de Secret Story avec comme secret « Mon père s’appelle Brigitte » - elle est la fille de la journaliste trans  Brigitte Boréale. Sept ans après sa participation, libérée de sa clause de confidentialité signée avec la société de production Endemol, elle sort de son silence. Celle qui a partagé l’aventure avec Ayem Nour, Zelko ou Marie Garet (la gagnante de cette édition) revient sur son expérience et son parcours dans la téléréalité d’enfermement de TF1 au fil d’une vidéo postée mercredi sur Youtube.

« Ce qu’il se passe à l’intérieur de la maison est certainement l’un des secrets les mieux gardés », avance-t-elleMorgane Enselme raconte, face caméra, les privations et frustrations qu’elle dit avoir subies au cours de cette expérience. « Entre ce que les gens voient et ce qu’il se passe à l’intérieur du jeu, il y a un précipice. La production cherche à nous pousser à bout », affirme-t-elle. La jeune femme avance que la production se servait de l’alcool et du tabac « pour créer des tensions » : « Quand il n’y a plus de cigarettes, les fumeurs sont à cran. Donc parfois, ils font exprès de ne pas en donner. »

Manque d’hygiène

Puisqu’elle est asthmatique, on lui avait assuré qu’elle aurait accès à un médecin en cas de problème de santé. Mais elle affirme avoir dû supplier et fondre en larmes pour finalement obtenir ses médicaments. « J’ai fait une crise d’asthme à cause de la poussière, révèle-t-elle. Au bout d’un mois, j’avais des plaques sur le corps à cause de l’humidité et de la crasse. J’avais des crises d’éternuement parce qu’on avait retiré les antihistaminiques de ma valise. Je devais aller les supplier au confessionnal [la pièce où les candidats peuvent entrer en contact avec des membres de la production]. »

Morgane Enselme déplore le manque d’hygiène. « Le premier jour, ils nous ont annoncé qu’on avait trente minutes d’eau chaude par jour pour se doucher, sachant que nous étions dix-huit et que nous n’avions que deux douches collectives. Ce qui ne fait même pas deux minutes d’eau chaude par personne. » La production de Secret Story refusait d’informer les candidats de l’heure. « On est devenu leurs choses. On n’a pas le droit d’avoir l’heure donc on ne sait pas quand on se couche, c’est même eux qui éteignent les lumières quand on a le droit de dormir. Et ce sont eux qui nous réveillent avec le compte à rebours pour l’eau chaude. »

Troc de cigarettes et langage codé

Au cours des trois mois qu’elle a passés dans la « Maison des secrets », Morgane Enselme dit avoir vu des candidats « se taper la tête sur les murs », « dormir par terre recroquevillés ». « Si on veut partir, il faut demander l’autorisation au confessionnal », précise-t-elle. « A ce moment-là, soit ils [les membres de la production] appellent nos familles pour nous convaincre de rester, soit ils nous parlent du contrat qu’on a signé et nous disent que ça va nous coûter de l’argent ».

« La téléréalité, c’est malheureusement à 80 % les pires moments de personnes qui vivent dans des conditions anormales. Il y a une vraie volonté de montrer les pires moments et pas les meilleurs », déclare-t-elle. Et d’ajouter : « Plus on sera épuisés, désorientés et stressés, plus il y aura de chances qu’on craque, qu’on se dispute et qu’on couche ensemble. » Morgane Enselme reproche également à la production de contourner l’obligation imposée par le CSA de laisser deux heures par jour aux candidats à l’abri des caméras. « La production décide du moment où elle place ces heures-là mais, parfois, elle ne dit pas quand elle les fait démarrer. (…) Ce qui intéresse la production, ce sont les images chocs pour faire de l’audience, c’est-à-dire des larmes, des disputes, des couples et du sexe. C’est pour ça qu’ils nous poussent à bout. » Pour tenir, certains candidats ont, se remémore la jeune femme, créé un troc de cigarettes, conçu un langage codé pour communiquer entre eux et construit des cabanes pour discuter sans être vus.

Elle a pris « dix ans en trois mois »

Aujourd’hui âgée de 28 ans, Morgane Enselme est blogueuse, youtubeuse et journaliste mais surtout loin du milieu de la téléréalité. Elle garde néanmoins à l’esprit des bons moments de complicité vécus durant Secret Story, des amitiés fortes qui durent encore aujourd’hui notamment avec Juliette et les aspects positifs de sa relative notoriété.

Son passage dans l’émission lui aurait permis de « prendre dix ans en trois mois », comme elle le raconte à la fin de sa vidéo. Mais psychologiquement comme physiquement, l’expérience n’a pas été sans conséquence. « Pendant des mois, je n’arrivais plus à dormir sans somnifères, se souvient-elle. Après ma sortie, je n’ai pas eu mes règles pendant un an, à cause du stress. » Si elle ne sait pas vraiment si elle regrette d’avoir participé à l’émission, Morgane Enselme aura au moins offert « une vision plus ouverte sur les rouages de la téléréalité ». La « secret story », l’histoire secrète, c’est plutôt celle-là.