«Les rois du gâteau»: Cyril Lignac adore faire pâtisser la France

TELEVISION Cette semaine, « Les rois du gâteau » a fait son retour sur M6 à 18h45 pour une deuxième saison avec une formule remaniée. Cyril Lignac, qui présélectionne les créations des candidats, se réjouit que la France ait retrouvé le goût du fait maison…

F.R.

— 

Cyril Lignac dans la saison 2 des «Rois du gâteau».
Cyril Lignac dans la saison 2 des «Rois du gâteau». — Marie ETCHEGOYEN/M6

Si le taux de glucose de la grille des programmes de M6 était mesuré, il atteindrait sans doute des niveaux records. Entre Le Meilleur pâtissieret ses déclinaisons « En famille », « Chefs et célébrités » (à partir du 16 janvier), « Les professionnels » (diffusé prochainement), la chaîne a définitivement le bec sucré. Depuis lundi, c’est avec la deuxième saison des Rois du gâteau qu’elle allèche les gourmands à 18h45.

Cette année ce concours réservé aux amateurs joue la carte régionale. Du lundi au jeudi, des candidats venus d’une même zone géographique – cette semaine, c’est la Corse et Paca qui ouvrent le bal – s’affrontent avec leurs spécialités. Le vendredi, les meilleurs se retrouvent en finale et sont départagés par des chefs pâtissiers emblématiques du coin qui dégustent les créations à l’aveugle et commercialiseront les gâteaux gagnant dans leurs boutiques. Une consécration pour les pâtissiers du dimanche.

« La France entière vient amener son gâteau dans l’émission ! », s’enthousiasmait Cyril Lignac en présentant l’émission à 20 Minutes le mois dernier. Le pro du « gourmand croquant » est de nouveau au rendez-vous cette saison, au côté de son confrère Frédéric Bau, pour présélectionner les douceurs en lice.

« La pâtisserie, c’est un plaisir qui ne coûte pas cher »

« Je me suis vraiment amusé, assure-t-il. Ce qui est formidable c’est de voir comment la pâtisserie est rentrée dans les foyers français. C’est super parce qu’on est passé par une période en France où on avait laissé de côté le fait maison, le fait de se retrouver en famille, de se mettre à table, de partager des moments. C’est bien qu’on refasse des gâteaux avec les enfants, qu’on reprenne le temps de faire des crêpes… Et puis, la pâtisserie, c’est un plaisir qui ne coûte pas cher. S’acheter de la viande, du poisson est plus onéreux que d’acheter de la farine, du sucre, des œufs et du beurre. »

Les téléspectateurs, eux, n’ont pas été les plus gloutons. Les trois premiers numéros de cette nouvelle salve des Rois du gâteau ont été suivis en moyenne par 1.15 million de téléspectateurs, pour une part d’audience tournant autour des 7 %, soit deux points de moins par rapport à la première saison lancée en août 2017. Au fil des jours cependant, l’audience n’a cessé de progresser. Sans doute au fur et à mesure que le public s’est remis de ses excès de fin d’année et a retrouvé une petite place pour le dessert.