Le Jt de France 3 du samedi 15 décembre.
Le Jt de France 3 du samedi 15 décembre. — Capture d'écran Twitter

POLEMIQUE

« Gilets jaunes »: France 3 s'excuse pour la pancarte anti-Macron censurée... Le SNJ parle de «faute professionnelle inexcusable»...

Le Syndicat national des journalistes de France Télévisions demande des explications à la direction...

Censure ou pas ? Lors de son JT de samedi soir, France 3 est revenue sur « l’acte 5 » de la mobilisation des «gilets jaunes» et a diffusé à l’antenne une image retouchée. Sur une pancarte tenue par l’un des manifestants, on pouvait lire un simple « Macron », alors que sur la photo originale, de l’AFP, apparaissait clairement « Macron Dégage ». Face aux réactions, la direction de la chaîne a répondu qu’il s’agissait d'« une erreur humaine », réfutant toute « volonté de masquer cette pancarte ».

« Nous vous devions cette explication »

La présentatrice du 19/20, Catherine Matausch​, s’est à nouveau excusée en direct dimanche soir : « Nous tenions à vous présenter nos excuses. Hier, une erreur humaine a conduit à la diffusion d’une photo tronquée. Voici cette image, derrière moi, telle qu’elle a été prise par un photographe. Nous vous devions cette explication au regard de la confiance que vous nous accordez ».

« Une faute éthique » pour le SNJ de France Télévisions

Dans un communiqué envoyé lundi, le Syndicat national des journalistes de France Télévisions parle de « faute professionnelle inexcusable » : « Comment une photo habillant le plateau du 19/20 de samedi dernier a-t-elle pu être manipulée, truquée de cette manière sans qu’aucun responsable éditorial n’intervienne pour l’éviter ? »

Pour le SNJ, une telle « faute éthique et déontologique ne doit pas rester sans réponse de la part de la direction de l’information ». « Certes, l’initiative est individuelle, malheureuse et incompréhensible, ajoute-t-il. Mais elle ne peut en aucun cas dédouaner la rédaction en chef de cette édition. Les effets de ce trucage sont déplorables pour nous tous. Alors que la défiance envers les journalistes grandit, nous ne pouvons pas laisser passer cette faute éthique. »