VIDEO. Canular homophobe dans «TPMP»: «Il n’y a jamais eu d’adolescent victime », reconnaît l'association le Refuge

PLAINTE En mai 2017, l'association le Refuge avait affirmé qu'un jeune homme était « dans un état de détresse épouvantable » après l'émission...

L.Br.

— 

La société de Cyril Hanouna avait porté plainte contre l'association.
La société de Cyril Hanouna avait porté plainte contre l'association. — J.E.E/SIPA

La polémique avait coûté cher à l’émission de Cyril Hanouna. Dix-huit mois après un canular téléphonique jugé homophobe et condamné par le CSA dans l’émission Radio Baba, l’association le Refuge revient sur ses déclarations.

En mai 2017, lors de l’émission Radio Baba animée par Cyril Hanouna, l’animateur s’était fait passer en direct pour un célibataire bisexuel cherchant l’amour. Il avait reçu plusieurs appels à l’antenne, lors desquels il avait « joué » un personnage de manière caricaturale, piégeant au passage ses interlocuteurs. A la suite de cette séquence, le CSA avait reçu des centaines de signalements pour « homophobie », dont celui de l’association le Refuge, qui accompagne les jeunes homosexuels rejetés par leur famille. L’association avait  par la suite affirmé que l’un des jeunes piégés par Cyril Hanouna était « dans un état de détresse morale épouvantable », effrayé à l’idée d’être reconnu par sa famille. Son président Nicolas Noguier avait assuré avoir reçu un appel de ce jeune homme à la suite de l’émission.

« Pas d’adolescent victime »

Malgré les doutes, l’association avait maintenu sa version. « Je confirme qu’un jeune garçon indiquant s’être fait piéger par Cyril Hanouna a bien contacté notre dispositif d’écoute le vendredi 19 mai 2017 à 3h26 du matin et le mardi 23 mai 2017 à 14h48 », avait insisté le président de l’association. « Notre premier écoutant a eu un jeune homme en pleurs. Lors du second appel, le jeune garçon a indiqué à la responsable de ligne d’écoute être en sécurité chez une tierce personne. »

Le Refuge avait ensuite fait une déposition au commissariat. Dans la dernière édition du magazine L’Express, parue ce mercredi, l’association reconnaît que ces déclarations étaient fausses. « Il n’y a jamais eu d’appel de détresse et il n’y a pas d’adolescent victime », a déclaré Emmanuel Pierrat, l’avocat de l’association, dans l’hebdomadaire. Une audience est prévue le 24 mai 2019, après la plainte pour diffamation déposée par H2O Productions, la société de production de l’émission, contre l’association.

L’avocat a déjà indiqué qu’il allait plaider la bonne foi du président de l’association, qui a été « abusé ». « Un bénévole, pris dans la folie qui a succédé à la diffusion de la séquence, a inventé un appel au secours qui n’existait pas. Quand Nicolas Noguier a fini par comprendre qu’il avait été abusé, le mal était fait », a-t-il complété. Après cette séquence, la chaîne C8 avait été sanctionnée d’une amende de trois millions d’euros de la part du CSA.