Xavier Dupont de Ligonnès sur M6: Un docu-fiction qui zappe un peu (trop?) la présomption d’innocence

FICTION «Xavier Dupont de Ligonnès: Dans la tête du suspect» est diffusé ce lundi sur M6…

Laure Beaudonnet

— 

Xavier Dupont De Ligonnès et son épouse
Xavier Dupont De Ligonnès et son épouse — Coll.privee De Ligo/FSMADJA/SIPA
  • Xavier Dupont de Ligonnès : Dans la tête du suspect diffusé ce lundi sur M6 revient sur la tuerie de Nantes et élabore une théorie. 
  • Une soirée événementielle présentée par Nathalie Renoux est organisée en prime-time  avec des débats et un autre documentaire. 
  • Ionut Teianu ne s'embarrasse pas de la présomption d'innocence. Pour lui, il n'y a pas de doute, tout accuse le père de famille. 

« Un objet télévisuel non identifié », une « fiction documentée », un « docu-fiction »… Difficile de qualifier Xavier Dupont de Ligonnès : Dans la tête du suspect, diffusé sur M6 ce lundi. Mais du côté de la chaîne, on se félicite de présenter un nouveau format qui « renouvelle les codes du genre ». Le réalisateur Ionut Teianu a passé un an et demi à refaire toute l’enquête pour élaborer sa propre théorie de la tuerie de Nantes.

Rappelons les faits. Le 21 avril 2011, les corps d’Agnès Dupont de Ligonnès et de ses quatre enfants (Arthur, Thomas, Anne, Benoît) sont retrouvés par la police sous la terrasse du domicile familial, recouverts de gravats, de terre et de chaux vive. Les dépouilles des deux labradors de la famille sont également déterrées. Xavier Dupont de Ligonnès, le père de famille, s’est volatilisé. Il n’a plus laissé de traces depuis le 15 avril où il a été repéré en train de quitter, à pied, un hôtel Formule 1 de Roquebrune-sur-Argens (Var), avec une housse sur le dos qui pourrait contenir sa carabine. A-t-il tué sa famille pour éviter de faire face à ses grosses difficultés financières ? Signalé à de nombreuses reprises aux quatre coins de la France et à l’étranger, il n’a à ce jour jamais été retrouvé. S’est-il suicidé ? Court-il toujours ? Le mystère reste entier.

« Un parti pris très fort »

A mi-chemin entre Faites entrer l’accusé et L’adversaire (la comparaison est flatteuse), Xavier Dupont de Ligonnès : Dans la tête du suspect entremêle des témoignages de proches face caméra et des scènes de fiction avec Erico Salamone dans la peau de l’antihéros. Les scènes jouées et les interviews se croisent pour guider le spectateur vers une seule et même thèse : Xavier Dupont de Ligonnès a drogué et tué toute sa famille pour éviter une humiliation sociale. Le docu-fiction évacue du même coup tous les éléments qui pourraient invalider cette piste (la voisine qui affirme avoir vu Agnès quelques jours après la nuit supposée des meurtres, par exemple).

« On voulait avoir un parti pris très fort, explique Ionut Teianu. On a parlé à ses proches, à ses anciens copains, à quelques enquêteurs, à des juges… Nous avons rassemblé un maximum d’éléments pour, ensuite, donner un sens ». Et la correspondance retrouvée sur son ordinateur par le cyber-enquêteur « Christophe la vérité », a servi de fil conducteur au scénario. « Xavier Dupont de Ligonnès écrivait tout le temps, il écrivait même à sa femme et ses enfants avec lesquels il habitait pour philosopher sur la vie, leur donner des conseils ». Plus facile d’imaginer ce qu’il se passe dans la tête de Xavier Dupont de Ligonnès quand on a accès à ses pensées quotidiennes. Sauf que le film semble avoir oublié au passage qu’en l’absence de procès, le suspect est présumé innocent.

« Tout accuse Xavier »

Ionut Teianu assume son parti pris. « On ne voulait pas faire un reportage d’enquête ou quelque chose d’impartial, rétorque-t-il. Quand on sait que, pendant les deux ou trois mois qui précèdent les meurtres, il achète des balles, il prend des cours de tirs, il achète de la chaux… Tout ce qui est dans le dossier judiciaire l’accable ». Et son ami d’enfance, Bruno de Stabenrath, abonde dans le même sens. « Tout accuse Xavier. Il savait qu’on retrouverait les cartes bleues de l’achat de la chaux, il s’en foutait de tout ça. C’est dans son mode opératoire, il décide de les éliminer et il s’en va », analyse-t-il avant d’affirmer dans un souffle d’émotion. « C’est toujours mon ami ».

Le film ne laisse pas de place au doute, il porte à l’écran les meurtres. Erico Salamone, qui prête ses traits au suspect, compose un personnage trouble et tout à fait crédible. On découvre un Xavier Dupont de Ligonnès, après sa fuite, qui avoue ses crimes devant la caméra de son téléphone portable. M6 tient son coupable. Aujourd’hui, l’enquête n’a pas établi de scénario, mais le docu-fiction de la sixième chaîne se charge du procès. « C’est une fiction », répète-t-on en boucle. On est rassurés, alors.