Occitanie: Changement de fréquence de la TNT, qui est concerné?

TELEVISION Du changement pour les téléspectateurs de l'est de l'Occitanie et du sud de l'Auvergne-Rhône-Alpes équipés d’une antenne râteau...

Jerome Diesnis

— 

Une télévision et sa télécommande. Illustration.
Une télévision et sa télécommande. Illustration. — Superstock / Superstock / Sipa

Ce n’est pas le grand branle-bas de combat de 2016, avec l’arrivée de la haute définition pour la TNT et le casse-tête pour les foyers équipés de vieux modèles de téléviseurs. Mais les Montpelliérains seront confrontés, mardi, à de nouveaux changements de fréquence, qui vont entraîner la perte des chaînes.

Pourquoi ces changements ?

Dans la nuit de lundi à mardi, les techniciens de TDF vont intervenir sur les dix sites du réseau principal  (et jusqu’à la fin de la semaine sur 197 sites du réseau complémentaire) de la zone concernée. Ces opérations ont pour but de transférer les fréquences pour le très haut débit mobile (la 4G en attendant la 5G), très gourmand en consommation de données avec l’omniprésence des smartphone dans notre quotidien.

Qui est concerné ?

La France a été découpée en treize zones, à tour de rôle touchées depuis un an par cette réorganisation des fréquences. Mardi, Montpellier, mais aussi des villes comme Perpignan, Millau, Mende, Le-Puy-en-Velay, Saint-Flour, Tarascon-sur-Ariège ou Carcassonne sont concernées. Un bassin de population de 2,28 millions d’habitants. Mais seuls les utilisateurs recevant la télé à l’aide d’une antenne râteau sont impactés par ce changement.  En Occitanie, c'est le cas de 50,9% de la population.

Que faut-il faire ? 

Les bénéficiaires de la box (ADSL), de la fibre optique, du satellite ou du câble ne sont pas touchés et n’auront rien à faire. Les autres devront procéder à une recherche manuelle des programmes en lançant, sur leur télécommande ou l’adaptateur TNT, une recherche automatique des chaînes. Cette mise à jour ne prendra que quelques minutes. Pour les aider, les téléspectateurs peuvent consulter un site, un numéro d’appel (0970 818 818) ou un centre d’appel virtuel.