VIDEO. Amour, neige et père Noël... «20 Minutes» vous livre la recette du téléfilm de Noël réussi

ESPRIT DE NOEL Cette semaine, les téléfilms de Noël font leur retour sur TF1 et M6, et on sait déjà ce qui nous attend...

Graziella Le Norcy

— 

Le téléfilm «Un cœur pour Noël» est diffusé le 17 novembre sur M6.
Le téléfilm «Un cœur pour Noël» est diffusé le 17 novembre sur M6. — RHI ENTERTAINMENT
  • TF1 et M6 ont commencé ce lundi la diffusion des traditionnels téléfilms de Noël.
  • Niais à souhait, ils ont pourtant tout pour vous séduire.
  • Leur succès est dû à une recette bien étudiée.

Noël, c’est maintenant (à la télévision).  TF1 et M6, leaders de la diffusion de ces téléfilms pleins de bons sentiments, mettent le paquet avec un inédit et une rediffusion tous les après-midi à partir de 13h50. Et si vous avez du mal à distinguer un téléfilm du suivant, c’est normal. Les producteurs suivent tous la même formule magique pour séduire leurs téléspectateurs, et ce n’est pas bien sorcier !

Un soupçon de magie de Noël…

L’arrivée des téléfilms de Noël signe le départ des festivités de fin d’année. Et ça tombe bien, parce que les gens attendent les fêtes avec impatience. On vous voit, vous qui estimez que le mois de novembre est bien tôt pour commencer les préparatifs. Mais sachez que, pour certains téléspectateurs, la vision édulcorée des Américains à travers l’écran est une vraie source d’inspiration pour la déco ou le repas de Noël.

Les téléfilms jouent sur le folklore qui entoure la fête de la nativité avec le Père Noël, les guirlandes, les chorales, les sapins décorés en famille… Le but ? Toucher et émouvoir les téléspectateurs. C’est un élément essentiel au succès d’un téléfilm de Noël. Au fil des ans, c’est devenu un rituel d’avant Noël. C’est en tout cas ce que les audiences nous en disent.

Une pincée de bons sentiments…

On ne va pas se mentir, les téléfilms de Noël sont souvent niais. Mais est-ce vraiment un mal ? Pour beaucoup, ils ne riment pas forcément avec has-been, au contraire ! Dans un monde où les vidéos qui prédominent sont remplies de violence, on s’accorde une petite pause. Apologie du bonheur et de la douceur, d’histoire d’amour dans la neige et de happy end, c’est tout ce qu’on veut.

View this post on Instagram

dashing thru the snow🎶🎵🎶

A post shared by Christmas Clan (@christmasclan) on

Les téléspectateurs parviennent à s’identifier et à rêver devant ces téléfilms pleins de valeurs positives : de l’amitié, de l’entraide, de la tolérance… et surtout de l’amour. La majorité des scénarios mettent en scène de futurs couples qui vont se trouver grâce à l’esprit merveilleux de Noël, aidés par leur bonne fée personnelle.

Et surtout, zéro vraisemblance !

Se poser dans le canapé, avec un plaid et un chocolat chaud, en regardant un téléfilm de Noël. Un moment de détente, feel-good, un peu cliché, qui ne demande en soi pas beaucoup de réflexion. On ne les regarde de toute manière pas pour y trouver de la cohérence ou de l’originalité. Ce qu’on veut, c’est du miracle, des trucs improbables dans la vraie vie. Tout s’arrange toujours, même le caractère des personnages, imbuvables au début du téléfilm. C’est souvent le choix des scénaristes : mettre en scène un héros qui déteste Noël, et qui va décorer le sapin en famille à la fin.

Il y a aussi le schéma récurrent de la femme overbookée, qui rentre passer les fêtes dans son village natal et apprend que la boutique de son enfance va être rachetée par une entreprise, pour laquelle elle va se battre corps et âme. Evidemment, un homme du village (voire son ami d’enfance) va l’y aider et ils échangeront un baiser sous la neige. Parfois, le père Noël lui-même fait irruption pour convaincre les protagonistes que la magie de Noël existe bien, et leur rendre leur âme d’enfant. Bref, on les aime, ces scénarios récurrents et bancals des téléfilms de Noël.