«Touche pas à mon poste»: Les chroniqueurs débattent du viol conjugal, les téléspectateurs saisissent le CSA

POLEMIQUE Des centaines de spectateurs ont signalé au CSA des propos sur le viol conjugal, tenus dans l’émission « Touche pas à mon poste »…

Marion Pignot

— 

Cyril Hanouna, le présentateur de «Touche pas à mon poste».
Cyril Hanouna, le présentateur de «Touche pas à mon poste». — Cyrille GEORGE JERUSALMI/C8

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel aurait, selon LCI, reçu des centaines de saisines à la suite d’un débat survenu, ce jeudi, sur le plateau de Touche pas à mon poste. Au menu de l’émission de Cyril Hanouna ? La question, présentée comme un « sondage » et posée deux jours plus tôt par Fun radio : « Charlotte ne supporte pas que son mec lui fasse l’amour la nuit quand elle dort. Vous trouvez cela normal ? »

Au cours de la séquence baptisée « le quart d’heure sans filtre », le présentateur a donc demandé à ses chroniqueurs de se prononcer sur le sondage polémique. Ce qui a donné un florilège de réponses… sans filtre. « Mettre le mot "viol", aujourd’hui, pour ce cas précis de Charlotte, ça n’a aucun sens, voilà. C’est presque dangereux pour tout le monde », a ainsi réagi Géraldine Maillet. La réalisatrice répondait là au tweet de la secrétaire d’Etat à l’Egalité entre les hommes et les femmes, Marlène Schiappa, posté un peu plus tôt sur le réseau social :

« Avec Charlotte, on ne parle pas de son voisin, on parle de son petit copain, avec qui elle est et qu’elle est censée aimer. Des choses qui se font quand l’une ou l’autre personne dort, c’est tout à fait mignon, tout à fait sympa », a renchéri l’ancienne Miss France Delphine Wespiser. Fâché, Mathieu Delormeau a, lui, livré sa propre définition du viol en haussant le ton : « Employer le mol viol pour ça, c’est une honte pour les gens qui sont violés. Il y a des gens qui se font violer, on sait vraiment ce que c'est que le viol. [...] C'est pas un viol en l'attachant, en la contraignant. »

Des chroniqueurs ont présenté leurs excuses sur Twitter

Des téléspectateurs choqués n’ont pas manqué de demander au CSA de trancher, assurant voir dans ces explications une banalisation de la « culture du viol » et ce, à une heure de grande écoute. Selon France info, l'autorité française de régulation de l'audiovisuel a déjà reçu près de 650 plaintes de télespectateurs. La séquence a été supprimée du replay de Touche pas à mon poste et l’émission n’a pas été rédiffusée le lendemain matin, comme il est d’usage. Géraldine Maillet, Delphine Wespiser et Matthieu Delormeau ont, eux, présenté leurs excuses sur Twitter.

Pour rappel, la définition légale d’un viol est «tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature que ce soit, commis sur autrui par violence, contrainte, menace ou surprise». La qualification de « surprise » cible en particulier les cas où la victime ne peut pas consentir car inconsciente, alcoolisée ou endormie.