«Objectif Top Chef»: «On permet aux apprentis de se dépasser», se félicite Philippe Etchebest

TELEVISION Ce lundi à 18h40, « Objectif Top Chef » revient sur M6 et permet à Philippe Etchebest de dénicher un jeune talent qui intégrera sa brigade pour la prochaine saison de « Top Chef »…

Claire Barrois

— 

Le chef Philippe Etchebest face aux apprentis cuisiniers d'«Objectif Top Chef».
Le chef Philippe Etchebest face aux apprentis cuisiniers d'«Objectif Top Chef». — Wladimir SIMITCH / M6
  • Après une année d’absence, la quatrième saison d’Objectif Top Chef revient ce lundi à 18h40 sur M6.
  • Sélectionné parmi 84 candidats, le vainqueur aura la chance de participer à Top Chef.
  • Pour faire son choix, Philippe Etchebest a fait venir Camille Delcroix, le vainqueur de Top Chef saison 9, qui conseille les candidats.

Vous n’aviez pas assez à manger avec Top Chef ? Vous allez en reprendre un peu. Dans la même veine que l’émission de cuisine star de M6, Objectif Top Chef met en concurrence 84 jeunes apprentis qui ont pour objectif… Devinez quoi ? D'intégrer Top Chef. Le gagnant de cette émission intégrera le concours, au même titre qu’un chef avec de l’expérience.

« Philippe Etchebest intronise un apprenti dans sa brigade, précise Nathanaëlle Sisso, productrice du programme. C’est couillu de sa part de permettre à des jeunes qui n’ont que deux-trois ans d’école de se mesurer à des chefs qui ont quinze ans de métier. » Alors, durant Objectif Top Chef, les apprentis subissent une sacrée pression.

De la pression au programme

« Dans cette émission, il y a une exigence supérieure à celle de Top Chef parce qu’il faut qu’ils soient mentalement plus forts pour rivaliser avec les chefs ensuite, explique Philippe Etchebest. Au-delà de la technique, qui, en plus, est leur point faible, il faut être très fort dans sa tête pour participer à ce concours parce qu’il est très long. » Et, pour ce faire, la quatrième saison d’Objectif Top Chef propose une nouvelle épreuve : le « défi sous pression ».

Le principe ? « Pendant quarante-cinq minutes, je mets la misère aux candidats pour tester leur mental et leur capacité à réagir, rigole Philippe Etchebest avant de redevenir sérieux. Ils doivent réfléchir extrêmement vite pour trouver une recette. Mais ça leur permet de se dépasser. Je les sors de leur zone de confort en leur faisant faire quelque chose qu’ils n’aiment pas. Plus c’est dur, plus on apprécie, la satisfaction est proportionnelle à la difficulté rencontrée. Je leur apprends aussi à avoir un discours qui tient la route. Quelque part, ce sont des "leçons de vie" que je leur donne. »

De la continuité avec « Top Chef »

Autre nouveauté, la présence de Camille Delcroix, le gagnant de la dernière saison de Top Chef. Les candidats commencent par présenter un plat de leur choix. Si Philippe Etchebest leur met trois ou quatre étoiles, ils passent le défi sous pression. Et les meilleurs au défi sous pression s’affrontent, le vendredi, en reproduisant un plat du vainqueur de la saison 3 à l’identique « sur le plan visuel et gustatif », précise le cuisinier de 28 ans. « Sinon, mon but c’est de pousser les candidats à se dépasser, de les aiguiller. »

« J’ai la chance d’avoir vécu un concours extrêmement long avec le chef Etchebest, ajoute Camille Delcroix. Je sais ce qu’il attend d’un candidat : D’être à l’écoute, organisé, rapide et propre. Il y a vraiment des talents, sur le plan humain, il y a de belles personnes aussi. Ils sortent des assiettes que j’étais incapable de sortir à leur âge ! » Son conseil au gagnant ? « Il faut écouter et bien se préparer mentalement. C’est très très long. Il y a de la fatigue physique, mais surtout psychologique. »

Pas de doute, les deux chefs sont sur la même longueur d’onde. La présence de Camille Delcroix dans cette émission n’est pas due au hasard. « J’aime la continuité, donc j’ai proposé qu’il vienne », précise Philippe Etchebest. Une proposition qui a immédiatement convaincu le chef du Nord. « C’est important la transmission. Ça fait partie de mon évolution en cuisine. » Et la prochaine étape ? « Pour boucler la boucle, il faudrait que je sois juré », plaisante-t-il. Dans quelques saisons ?