Hapsatou Sy: «Qu'on arrête d'inviter Eric Zemmour dans les médias»

MISE AU POINT Une semaine après les propos racistes d’Eric Zemmour à Hapsatou Sy, « 20 Minutes » a rencontré la chroniqueuse de « Salut les Terriens »…

Claire Barrois

— 

L'entrepreneuse et chroniqueuse Hapsatou Sy.
L'entrepreneuse et chroniqueuse Hapsatou Sy. — Les Bandits
  • Une semaine après les propos insultants d’Eric Zemmour à son encontre, 20 Minutes a rencontré Hapsatou Sy.
  • Encore sous le choc, la chroniqueuse est revenue avec nous sur cette dernière semaine.
  • Elle veut se servir de sa désagréable expérience pour « interdire de médias les personnes portant des messages d’incitation à la haine ».

Des réponses courtes, étudiées, et un débit rapide. Hapsatou Sy était sur la défensive, ce vendredi, quand 20 Minutes l’a rencontrée. « Très perturbée, épuisée, je ne m’attendais pas à ça », précise-t-elle, dépassée par la polémique qui a suivi les propos insultants d' Eric Zemmour à son encontre, jeudi dernier, sur le plateau de Salut les Terriens. Mais la chroniqueuse reçoit beaucoup plus de soutiens que d’insultes, et tient à le souligner : « Ça compte beaucoup pour moi ».

Quelques minutes avant notre rencontre, elle a lu un article qui expliquait que cette polémique était planifiée. « C’est tiré par les cheveux de dire que c’était prémédité, s’indigne-t-elle. Il faudrait que j’ai monté quelque chose avec Eric Zemmour en amont, c’est absurde ! » Il n’empêche, pour Hapsatou Sy, ces lignes sont d’autant plus choquantes qu’elle n’est « pas polémiste » comme elle le répète à l’envi, suggérant qu’elle ne maîtrise pas tout le battage médiatique autour de l’émission.

« Les gens en ont marre du racisme en France »

Si c’est le cas, pourquoi avoir accordé une demi-douzaine d’interviews à différents médias en cette fin de semaine ? « Pour qu’on arrête d’inviter Eric Zemmour dans les médias. » Mais au-delà de ça, Hapsatou Sy se sent-elle investie d’un coup par un rôle politique ? « Pas du tout. C’est un combat collectif : Les gens en ont marre du racisme en France. » Et d’insister sur l’aspect éphémère de son rôle.

« En ce moment, j’ai une sacrée tribune et j’ai la détermination de faire en sorte que le message perdure, mais d’autres personnes doivent reprendre ce message », précise l’entrepreneuse dans les cosmétiques. Et c’est le cas. Non contente de recevoir de nombreux soutiens pour son propre cas - « c’est de la folie »-, Hapsatou Sy est allée chercher l’aide des Français pour faire changer la télévision. Résultat, sa pétition lancée vendredi matin recueillait déjà près de 110.000 signatures vendredi soir.

« Personne ne m’utilise »

L’intérêt de la démarche ? « Je vais aller voir le CSA et les responsables de chaînes de télévision avec la pétition » pour leur montrer que le clash raciste, la polémique, ce n’est plus ce que veulent les gens. Les téléspectateurs, c’est possible, mais difficile de croire que ce genre d’initiatives changera la manière dont Thierry Ardisson conçoit la télévision.

Reste une question : Pourquoi travailler dans l’une des émissions les plus friandes de polémiques du PAF ? Pourquoi se laisser piéger par Thierry Ardisson et Eric Zemmour ? « Je suis là pour mon parcours, pas parce que je suis noire, rétorque Hapsatou Sy, arguant qu’elle participe à l’émission depuis un an. Personne ne m’utilise, je sais qu’Eric Zemmour apprécie de la polémique, mais je ne me suis jamais dit que j’étais là pour ça. »

« C’est à Thierry Ardisson de me contacter »

Sur Thierry Ardisson, nous n’en saurons pas plus. D’ailleurs, Hapsatou Sy elle-même semble avoir plus de questions que de réponses. Plus que la colère, c’est l’incompréhension qui domine, et la chroniqueuse ne veut pas se livrer à des interprétations hasardeuses -en tout cas pas lors d’une interview. Elle n’a pas cherché à le joindre, et ne le fera pas. « C’est à lui de me contacter, et pour l’instant il ne l’a pas fait. »

Sur ses sorties après l’émission, notamment sur ses problèmes d’argent, elle est très critique avec l’homme en noir. « D’une part, c’est une violation de ma vie privée, estime Hapsatou Sy. Ensuite, il confond tout. Quand il se sent attaqué, il se raccroche aux branches qu’il trouve. Il confond ma situation actuelle avec celle que j’avais lorsque ma première boîte avait été liquidée. C’est très inélégant. Il sait très bien que j’ai touché le salaire de ces émissions d’avance pour un projet de média pour lequel j’ai tourné cet été. »

Ce projet de média, monté avec Stéphane Simon, a été mis en attente. Il devait être mis en ligne bientôt, mais la polémique modifie un peu les plans de départ. Peu importe, parce que quand Hapsatou Sy en parle, malgré son manque de sommeil, elle s’anime. « Il y aura une émission intitulée A nous la parole, qui donnera la parole aux citoyens, Le Mag, une émission conso, une émission sur la parentalité, une autre sur la spiritualité intitulée Je pense donc je suis, et Ondes positives. » Et en attendant la naissance de ce média, c’est l’idée de retrouver sa fille après une dernière réunion de travail qui lui en donne, des ondes positives.