«Animer "Capital", c'est une énorme fierté et un challenge», se réjouit Julien Courbet

TELEVISION Julien Courbet présente « Capital » sur M6 à partir de ce dimanche soir, un nouveau rôle qu’il considère comme une consécration…

Fabien Randanne

— 

Julien Courbet anime «Capital» sur M6.
Julien Courbet anime «Capital» sur M6. — Marie ETCHEGOYEN/ Jean Brice LEMAL/ M6

Cet été, pendant ses vacances, Julien Courbet  a fait une halte dans une épicerie du sud-ouest où il a ses habitudes. Au moment de passer à la caisse, la commerçante lui tend une boîte de Ferrero Rocher. « Vous êtes gentille, mais je ne veux pas en acheter », répond l’animateur. Réponse de l’épicière : « Mais non, c’est offert. Quand on a vu que vous alliez présenter Capital, avec mon mari, on s’est dit qu’il fallait vous faire un cadeau. »

La recrue de M6 raconte l’anecdote face à une poignée de journalistes pour illustrer à quel point sa nouvelle mission s’avère être un jalon dans sa carrière. « Franchement, j’ai l’impression de passer à quelque chose de très prestigieux. C’est une énorme fierté et un challenge », assure-t-il.

« Je pulvérise mon record de réunions, depuis quinze jours, je ne fais que ça »

A partir de ce dimanche, Julien Courbet succède donc à Bastien Chadéac aux commandes de Capital, le magazine éco/conso de la sixième chaîne. Au programme de cette première, un reportage sur les enseignes de déstockage, un autre sur les coupons de réduction et un troisième dédié à la valse des étiquettes.

Christophe Brulé, le rédacteur en chef, promet « davantage d’invités en plateau, des experts pour décrypter certains points », ainsi que « plus de réactivité à l’actualité ». « Je ne vais pas essayer de faire mieux qu’avant mais de faire différemment. Je veux que, d’un dimanche à l’autre, l’émission ne ressemble pas à la précédente », suggère modestement l’animateur, en pleine période d’adaptation à son nouveau rythme.

« Ma vie, dans les semaines qui viennent, c’est RTL [où il anime Ça peut vous arriver] le matin, Capital l’après-midi », assure-t-il. Son agenda est bien rempli - « Je pulvérise mon record de réunions depuis quinze jours, je ne fais que ça » -, si bien que, contrairement à son prédécesseur, il a décliné la fonction de rédacteur en chef adjoint. « Je n’ai pas besoin d’un titre pour avoir un titre, je n’ai pas besoin de ça pour poser une question à Christophe [Brulé] sur un sujet », justifie-t-il.

« Je n'ai pas fait HEC mais je suis à la tête d'une entreprise »

Julien Courbet n’a pas d’ego démesuré - « Je ne pense pas qu’on vienne voir Capital parce que c’est X ou Y qui le présente », insiste-t-il – mais il ne verse pas pour autant dans la fausse modestie. « Je n’ai pas fait HEC, mais je suis à la tête d’une boîte [une société de production qui porte son nom] depuis vingt ans et cela fait vingt ans que j’appelle au téléphone des patrons comme Alexandre Bompard [le directeur général du groupe Carrefour, ex-PDG de la Fnac] », souligne l’animateur.

Et de juger cette nouvelle ligne dans son CV parfaitement logique. « C’est dans le prolongement de ce que je fais à RTL. Des auditeurs m’expriment leurs problèmes avec des entreprises. Avec Capital, on va essayer de comprendre pourquoi ça se passe comme ça. Et puis c’est aussi cohérent avec le rapprochement de M6 et RTL [le groupe M6 a racheté le groupe RTL l’automne dernier]. »

Julien Courbet se sent donc comme un poisson dans l’eau dans ses nouveaux bureaux où il a été, assure-t-il, chaleureusement accueilli. « Bastien Cadéac, je le vois tous les jours, on travaille dans le même open space. Il a été le premier à m’appeler lorsque j’ai été confirmé à la présentation de Capital. Il m’a souhaité bonne chance. Karine Le Marchand, elle, est venue me saluer dès qu’elle a appris la nouvelle sur Twitter. Et Stéphane Plaza est passé le lendemain », énumère-t-il. Sans préciser s’ils ont eu le droit de piocher dans la boîte de Ferrero Rocher.

Pas fâché avec C8

La saison passée, Julien Courbet, ex-figure de Touche pas à mon poste, animait avec succès C’est que de la télé ! sur C8. « Je ne dirais jamais un mot de travers sur l’aventure C8 », prévient-il en affirmant être resté en bons termes avec Cyril Hanouna. « Il est intelligent. Quand on lui présente les choses normalement [en l’occurrence, son départ pour M6], il comprend », avance-t-il.