«L'Amour est dans le pré»: Karine Le Marchand est-elle vraiment sympa avec les agriculteurs?

COULISSES «20 Minutes» a demandé aux agriculteurs de «L’Amour est dans le pré» ce qu’ils pensaient de Karine Le Marchand…

Claire Barrois

— 

Karine Le Marchand avec Daniel, lors de l'ouverture du courrier.
Karine Le Marchand avec Daniel, lors de l'ouverture du courrier. — Cecile ROGUE/M6

Larme facile, rires à gorge déployée, conseils persos et remarques graveleuses, Karine Le Marchand, à l’écran, c’est la bonne copine, celle avec qui on a envie de boire un petit verre de pinard en racontant des blagues pas très fines. Mais voilà, on s’est demandé si l’incarnation physique de L'Amour est dans le pré était vraiment celle qu’elle paraît à l’écran. Et ça n’a pas été très compliqué d’avoir une réponse.

L'animatrice préférée des Français ne fait pas toujours l’unanimité, mais ce n’est absolument pas ce qu’elle cherche. Dotée d’un fort caractère, elle met les pieds dans le plat sans aucune retenue et n’hésite pas à envoyer bouler ceux dont les actions lui déplaisent. Certains journalistes peuvent en témoigner, des agriculteurs de la saion 13 aussi, comme Vincent.

« Karine n’a pas vraiment joué le jeu avec moi »

Le maraîcher arboriculteur nous a confié que sa rencontre avec Karine Le Marchand ne s’était pas très bien passée. « Karine n’a pas vraiment joué le jeu avec moi, estime Vincent. Je n’ai pas réussi à faire passer ce que je voulais faire passer. Elle était désarçonnée et s’est un peu braquée. » L’agriculteur n’a pas très bien pris non plus le résumé de sa personnalité par l’animatrice : « Elle a dit : "Si vous voulez un gueulard et un casse-couilles, vous savez à qui écrire". Du coup, je n’ai reçu que six lettres. »

Le passionné de tomates concède tout de même que sa décision de « prendre l’émission à contre-pied » ne faisait pas franchement bon ménage avec les obligations de la production. Et ces obligations, Karine Le Marchand les respecte d’autant plus que, depuis la régie, on lui glisse parfois dans l’oreillette des questions plus incisives que les siennes. Le but ? Pousser les agriculteurs dans leurs derniers retranchements et faire de la bonne télé. Car L’Amour est dans le pré, c’est d’abord de la télévision.

« Karine met à l’aise, elle est très bienveillante »

Interrogés par nos soins, les autres agriculteurs ont apprécié l’animatrice et plaisantent de son don pour leur tirer les vers du nez. Le timide Patrice estime qu'« elle nous permet de dire des choses qu’on ne dirait pas dans la vie normale ». Emeric, le Breton hyperactif, rappelle que « quand Karine est là, c’est du direct. Elle met à l’aise, elle est très bienveillante, elle creuse. » Ce que confirme même Thomas, l’agriculteur gay de cette saison qui avait pourtant été mis en garde par Guillaume, le premier homosexuel à avoir participé à l’émission.

« J’ai eu l’impression d’avoir été un phénomène de foire, expliquait l’Auvergnat en décembre à Voici. Ça me surprend quand des candidats disent qu’ils ont eu un feeling avec elle. Pour moi, il n’y a rien eu dès le début du tournage du portrait. » Il trouvait l’animatrice hypocrite : « Quand on est assis, que je me confie sur mon adolescence difficile et sur le fait que j’ai pensé au suicide à cette époque, elle a cette petite larme à l’œil et quand la productrice lui dit : “c’est bon, c’est dans la boîte”. Elle se lève et rigole. Et moi, j’étais toujours assis, en train de pleurer. »

Et en dehors des caméras ?

Sur le tournage du bilan de L’Amour est dans le pré, 20 Minutes a pu constater que l’animatrice n’était pas du genre à ignorer les agriculteurs une fois les caméras éteintes et l'ambiance était à la bonne humeur et la complicité. Par exemple, Emeric s’est fait engueuler pour l’avoir arrosée depuis la piscine, et avec Aude, c’était plutôt petites confidences et fous rires.

Karine Le Marchand correspond bien à ce qu’elle reflète à l’écran : grande gueule, spontanée, mais pas bêcheuse. Et ça fait partie des raisons pour laquelle la mayonnaise ADP prend tous les ans.