«L'Amour est dans le pré»: Karine Le Marchand promet «des histoires très fortes» cette saison

INTERVIEW L'animatrice Karine Le Marchand, qui incarne L'Amour est dans le pré depuis 2010, a donné quelques indications sur la saison à venir... 

Propos recueillis par Claire Barrois

— 

Karine Le Marchand présente «L'Amour est dans le pré» depuis 2010.
Karine Le Marchand présente «L'Amour est dans le pré» depuis 2010. — Sylvie LANCRENON/M6

L'Amour est dans le pré, c’est des agriculteurs, un générique (James Blunt, tu nous manques toujours), et une animatrice. Depuis 2010, c’est Karine Le Marchand qui se rend chez les participants solitaires et les fait parler de leur expérience passée et de leur quête de l’âme sœur. A l’occasion du premier épisode de la saison 13, diffusé ce lundi à 21 h sur M6, elle a donné quelques détails sur le tournage, sa relation aux candidats, et les bonnes surprises de la saison.

Comment se présente la saison 13 par rapport aux autres que vous avez animées ?

C’est une jolie saison, avec des histoires très fortes, des choses très subtiles aussi, des gens pudiques… Je suis très fière aussi parce que Thomas [l’ostréiculteur gay] n’est cliché en rien.

Comment ça ?

On va parler d’amour sans jamais nourrir les détracteurs. C’est une histoire qui passe normalement, une histoire comme une autre traitée avec beaucoup de délicatesse. L’Amour est dans le pré est une émission familiale dans laquelle toutes les sensibilités doivent s’exprimer. Quand on ouvre la porte à la normalisation, les derniers chevaliers vocifèrent, comme dans tous les combats. Il faut arrêter de créer des polémiques quand il n’y en a pas.

Et les autres agriculteurs ?

Ils ont une vraie capacité à transmettre leurs émotions et à verbaliser ce qui leur arrive. Ils sont très proches : certaines personnalités solaires, comme Aude, aident les autres. Patrice a éclos, son portrait a été thérapeutique, il s’est dit : « En fait, je suis quelqu’un ».

Comment s’établit votre relation avec eux ?

Le premier « bonjour » à l’écran lors du portrait est le vrai premier « bonjour ». Avant, je n’ai pas le droit de venir, tout se fait devant les caméras. Le matin, on parle de leur vie professionnelle pour les détendre, toute l’équipe de tournage déjeune ensemble, et l’après-midi on fait l’interview «love». Quand je viens, c’est comme quand on va voir une prostituée. Ils sont prêts, ils savent que j’arrive. Ils savent aussi que je ne repartirai pas avant d’avoir obtenu ce que je voulais. Du coup ça part très vite !

Comment se passe le tournage ?

L’interview love se passe en tête à tête, on ne voit pas les équipes. Pourtant il y a 17 personnes tout autour. Les cameramen, les régisseurs, les cadreurs, ceux qui s’occupent des drones, la production, le journaliste qui passera l’aventure à côté de l’agriculteur, ceux qui gèrent la lumière… Il y a également une équipe spécifique qui vient deux jours en dehors des tournages chez chaque agriculteur pour tourner des gros plans de nature et le générique. Toute l’équipe est formidable.