Tex évincé des «Z'amours»: Le conseil des Prud'hommes confirme la faute grave

PROCES Sa requalification, après 17 ans de CDD ininterrompus, a quant à elle été reconnue…

C.W.

— 

Tex, l'ancien présentateur des «Z'Amours».
Tex, l'ancien présentateur des «Z'Amours». — BALTEL/SIPA

Victoire ou défaite ? Ce vendredi, les Prud’hommes ont tranché dans le procès qui opposait Tex à la société de production Sony Pictures, qui l’employait pour France Télévisions. Le conseil a reconnu la requalification en CDI, mais a confirmé la faute grave, rapporte L'Express​.

Une victoire en demi-teinte

En mai dernier, l’animateur des Z’amours sur France 2, évincé à la suite d'une blague très douteuse sur les violences conjugales, lançait une procédure aux Prud’hommes contre son ancienne société de production, pour rupture de contrat. Il reprochait notamment à Sony Pictures d’avoir multiplié les CDD (144 au total pendant 17 ans), au lieu de signer un CDI. Pour cela, son avocat et lui estimaient le prix de l'affront à 1.2 million d'euros, se basant sur un salaire mensuel de 27.750 euros. Une demande de requalification reconnue ce vendredi par les Prud’hommes. Ce qui n’est pas le cas du volet « comportement ayant entraîné la rupture du contrat de travail », qui lui, a été confirmé par le conseil comme faute grave.

Selon l’Express, il devrait finalement toucher 45.000 euros de dédommagement, et 1.000 euros d’article 700, soit un peu moins de 4 % de ce qu’il demandait.