«Chéri, épouse moi maintenant», «L’amour par défauts»... Cet été, bienvenue dans les années 1950

JEUX Pendant la période estivale, la télévision offre une vision de la société quelque peu éculée…

L. B.

— 

Illustration «Mission mariage», diffusé sur M6.
Illustration «Mission mariage», diffusé sur M6. — Marie ETCHEGOYEN/M6
  • Cet été, deux émissions reposent sur l'organisation d'un mariage -Chéri, épouse-moi maintenant et Mission mariage- tandis que L'amour par défauts s'intéresse à la rencontre amoureuse.
  • Mine de rien, les clichés ont la peau dure sur le petit écran. 
  • Le retour de Couple ou pas couple, qui a déjà fait polémique, pourrait nous réserver d'autres surprises. 

C’est l’été, il fait chaud et, alors que les femmes travaillent leur hâle au bord de la piscine en mangeant des salades pour ne pas grossir, elles ne pensent qu’à une chose : trouver l’homme de leur vie et se marier. Quoi, vous trouvez cette vision de la société un chouïa éculée ? Pas le petit écran, apparemment.

Plusieurs émissions ont bien décidé de nous abreuver de clichés sexistes toute la saison estivale. Entre Chéri, épouse-moi maintenant sur TF1 le 10 août, L’amour par défauts sur W9, Mission mariage, diffusé en juin sur M6 et le retour de Couple ou pas couple sur C8 au mois d’août, le PAF semble nous dire quelque chose. On l’a écouté et on vous dit ce qu’on en a compris.

Cliché numéro 1 : Les femmes rêvent toutes de se marier

Deux émissions ont fait du mariage leur fonds de commerce. Dans Chéri, épouse-moi maintenant, deux candidates, lassées d’attendre que leur conjoint se décide à passer le pas, organise leur mariage en secret, au risque de se prendre une grosse crampe par leur chéri. Elles auront quatre jours pour trouver un lieu de réception, rédiger un contrat de mariage, trouver la robe de mariée et prévenir leurs familles et leurs témoins. Une sorte de mariage dans le dos, pour résumer. De son côté, Mission mariage animé par Cristina Cordula, accompagnait au mois de juin deux couples dans l’organisation du « plus beau jour de leur vie ». C’est bien connu, les femmes n’ont qu’une idée en tête : trouver une belle robe blanche à froufrou pour se marier.

Cliché numéro 2 : Les femmes sont autoritaires (et sexy)

Dès le teasing, W9 a posé le cadre avec son programme L’amour par défauts, diffusé le 16 juillet. Le principe de l’émission ? Ne rien cacher de ses défauts à ses prétendants. Cécile, une célibataire de 28 ans, s’est prêtée au jeu. Elle s’est dévoilée sans filtres à ses « dates » avant d’en choisir trois pour la suivre dans son quotidien (et découvrir ses pires côtés). Cécile incarne la femme dans toute sa splendeur : elle est autoritaire, ultra-directive et elle aime se balader à moitié nue.

Un autre candidat a avoué une information très intime à ses soupirantes… « Quand ces femmes ont découvert que je n’avais plus de libido à cause de mon sport, certaines ont fait la grimace ! », a raconté Maxime au Figaro. Un défaut de taille quand on sait que les hommes sont des coureurs et les femmes, des allumeuses. Bienvenue dans Mad Men !

Cliché numéro 3 : Un coiffeur est forcément homosexuel

L’émission Couple ou pas couple avait créé la polémique en janvier dernier sur C8 en véhiculant des clichés homophobes et racistes. Deux candidats doivent tenter de déterminer qui est en couple avec qui, parmi vingt inconnus, en se basant sur leur apparence. Lors du deuxième numéro du jeu, on avait pu entendre : « Nous connaissons l’orientation sexuelle de Damien (…). Il est stylé, il a des jolis tatouages, une boucle d’oreille (…) ce qui ne se fait plus trop chez les hétéros ».

Dans le même genre, une autre candidate avait lâché : « Je pense que les hommes de couleur adorent les blondes. » L’émission, animée par Jean-Luc Lemoine, est de retour le 6 août prochain à 19h. Cette fois, des personnalités participeront à l’émission au nom de diverses associations. Espérons qu’elles ne tombent pas dans le même piège…

>> A lire aussi : «Plaisir coupable», «mélange de tous les vices»... Les émissions autour du mariage séduisent toujours les téléspectateurs

 

Mots-clés :