«ONPC»: Laurent Ruquier s'emporte contre Nicolas Dupont-Aignan sur les migrants

CLASH L’animateur et le politique se sont écharpés sur la question de l’accueil des migrants…

V. J.

— 

Extrait d'«On n'est pas couché» du samedi 23 juin 2018, avec Nicolas Dupont-Aignan en invité politique
Extrait d'«On n'est pas couché» du samedi 23 juin 2018, avec Nicolas Dupont-Aignan en invité politique — Capture écran France 2

Laurent Ruquier ne s’énerve pas souvent dans On n’est pas couché, mais quand ça arrive, il ne rigole pas. Nicolas Dupont-Aignan était ainsi son invité politique samedi, et le ton est monté très haut entre e président de Debout la France et l’animateur, voire tout le plateau. Au moment d’aborder la question de l’accueil des migrants, le député a lancé que s’il avait été au pouvoir en 2017, sa première mesure aurait été « de laisser s’installer des camps, non pas dans les banlieues, au bord des autoroutes, mais au jardin du Luxembourg, chez Madame Angot, au jardin des Tuileries, au jardin des Champs-Elysées… » La chroniqueuse a alors bondi de son siège : « Pourquoi vous me logez au Jardin du Luxembourg ? C’est quoi ces préjugés ? ».

« Alors, taisez-vous ! »

« Vous êtes une petite caste, a enchaîné Nicolas Dupont-Aignan, voulant prouver que chroniqueurs et invités étaient déconnectés de la réalité. « Mais vous ne connaissez rien, a répondu Christine Angot. Vous fonctionnez par clichés, vous ne savez pas de quoi vous parlez vous connaissez très mal les choses. (…) Vous croyez qu’on dort là ? ».

Mais lorsque le député évoque des quartiers difficiles de sa circonscription, Laurent Ruquier n’en peut plus et se jette dans la mêlée : « Vous y vivez vous ? Non ? Vous non plus ! Alors, taisez-vous, vous aussi. Vous croyez que je suis né où ? Dans des HLM, Monsieur. Alors, arrêtez d’avoir des préjugés. Vous n’étiez sûrement pas en HLM vous quand vous étiez enfant. On sait d’où on vient et on n’oublie pas d’où on vient. Alors, arrêtez de nous balancer que l’on fait partie d’une caste ou je ne sais quoi. » L’animateur a ensuite ironisé sur la situation des Le Pen, « des pauvres qui n’ont jamais hérité de rien », alors que Nicolas Dupont-Aignan s’était allié à Marine Le Pen pour le second tour des élections présidentielles. ​