VIDEO. «Salut les Terriens» : Les larmes aux yeux, Henda Ayari demande à Tariq Ramadan de «dire toute la vérité»

JUSTICE Henda Ayari, la première femme à avoir déposé plainte pour viol contre l'islamologue, était l'invitée de Thierry Ardisson samedi...

M.C.

— 

Henda Ayari dans «Salut les Terriens».
Henda Ayari dans «Salut les Terriens». — SLT

« Dans la vie, on a toujours la possibilité de rattraper ses erreurs. » Samedi, sur le plateau de Salut les Terriens, Henda Ayari, la première femme à déposer une plainte pour viol contre Tariq Ramadan, a appelé, en pleurs, l’islamologue à « dire toute la vérité ». Devant les juges, Tariq Ramadan avait maintenu mardi qu’il n’avait jamais eu le moindre rapport sexuel avec elle, ni avec une autre plaignante connue sous le pseudonyme de « Christelle ».

« Si vous aviez Tariq Ramadan en face de vous, vous lui diriez quoi ? », a demandé Thierry Ardisson à l’ancienne salafiste devenue militante laïque. « Je lui dirais de dire toute la vérité, de s’expier de ce mal qu’il a fait, répond Henda Ayari, les larmes aux yeux. « Dans la vie, on a toujours la possibilité de rattraper ses erreurs, de rattraper le mal par le bien. Pour moi ce serait de dire la vérité et de reconnaître ce qu’il m’a fait. »

 

« Jamais je n’aurais risqué ma vie pour de l’argent »

« Il sait ce qu’il m’a fait subir, poursuit-elle, et les personnes qui le soutiennent sont nombreuses à me faire passer pour une menteuse, lui-même le fait, son avocat. Jamais je n’aurais fait ça, je n’aurais jamais risqué ma vie pour de l’argent. Quand on est maman, tout ce qu’on veut c’est le bonheur de ses enfants. » La voix entrecoupée de sanglots, elle achève : « Et donc je lui demanderais de dire toute la vérité. »

Interrogé en garde à vue sur les deux premières plaignantes, avec qui il a longtemps échangé sur internet et par téléphone, Tariq Ramadan a reconnu les avoir rencontrées en public, une seule fois chacune, mais a nié tout rapport sexuel. Il a reconnu des relations sexuelles « consenties » avec une troisième plaignante.

Dans sa plainte, Henda Ayari avait situé les faits à Paris fin mars ou début avril 2012, mais elle a récemment modifié son témoignage, affirmant devant les juges que le viol a en réalité eu lieu le 26 mai dans un hôtel place de la République.