Patrick Sébastien se retient de «tout balancer» sur le petit monde de la télé

GRANDE GUEULE L'animateur a une clause de non-dénigrement avec France 2, mais se lâche quand même...

V. J.

— 

L'animateur Patrick Sébastien sur LCI en novembre 2014
L'animateur Patrick Sébastien sur LCI en novembre 2014 — IBO/SIPA

Déjà les vingt ans du Plus grand cabaret du monde. Patrick Sébastien fêtera l’anniversaire de son émission le 16 juin prochain, un rendez-vous phare de France 2. Mais l’animateur ne mâche pas ses mots envers la chaîne publique dans une interview donnée au Parisien. « La direction ne me fait plus confiance, je suis déçu, commente-t-il au sujet du nombre réduit d’épisodes du Plus grand cabaret et des Années bonheur la saison prochaine. On mérite mieux. C’est l’émission la plus regardée sur TV5 monde, c’est une référence mondiale. Elle est plus que digne du service public. »

« Ce mépris-là, il est terrible »

Patrick Sébastien ressent de l’injustice. « C’est pareil pour Michel Drucker, ajoute-t-il. Je sais à quel point il en souffre. Alors qu’il suffirait d’un tout petit peu de reconnaissance. Qu’on ne nous dise pas "Tu n’es rien, tu n’existes pas". Ce mépris-là, il est terrible. On est dans la mémoire collective. On fait partie du patrimoine. » Même s’il se lâche, Patoche se retient de ne pas « tout balancer ». Pourquoi ? Parce qu'il a signé une clause de non-dénigrement : « C’est la première fois que c’est écrit noir sur blanc. Je me retiens de tout balancer. J’en aurais à dire. Peut-être qu’un jour… »

« Une volonté gouvernementale »

L’animateur n’en veut même pas à la direction de France Télévisions, il évoque plutôt « une volonté gouvernementale » : « Les choix de la ministre de la Culture et du ministre du Budget sont des choix élitistes. Pourtant, quand j’en parle au président, il me répond qu’il est d’accord avec moi, qu’il ne pense pas que le populaire soit méprisable. Mais apparemment, il y a d’autres gens qui prennent des décisions contre lesquelles il ne peut rien. »