Elise Lucet répond à ses détracteurs: «Je ne suis pas ingérable»

CRITIQUES La journaliste à la tête d'« Envoyé Spécial » et « Cash Investigation » a répondu aux critiques qui lui étaient faites…

C.B.

— 

La journaliste Elise Lucet présente «Cash investigation» sur France 2.
La journaliste Elise Lucet présente «Cash investigation» sur France 2. — SCHOUSBOE Charlotte - FTV

Comme d’habitude, Elise Lucet a été cash. Invitée à réagir sur RTL aux critiques de collègues anonymes de France Télévisions qui estimaient qu’elle était « hors de contrôle » et « invivable », la journaliste aux commandes de Cash investigation et d’Envoyé spécial n’a pas mâché ses mots.

« Je pense que c’est des gens qui ne travaillaient pas avec moi, déjà… Et les forts caractères suscitent des forts commentaires », répond Elise Lucet. Un fort caractère qui, pourtant, « déteste les conflits » et « aime que ça se passe bien et que ce soit cool » avec ses collaborateurs. « Mais si on me dit du jour au lendemain "On va te réduire tes effectifs de 60 %", ben non, ça ne peut pas être possible. Dans ces moments-là, oui, je défends mes troupes et je monte au créneau […]. Je peux montrer un peu les dents. »

« Il n’y a pas de conflit avec la direction de l’info aujourd’hui »

« Quand on dit que je suis ingérable ou insupportable, en ce moment et depuis longtemps [c’est faux], assure Elise Lucet. Les rapports sont vraiment des rapports professionnels paisibles et tout à fait normaux », assure Elise Lucet, qui ajoute : « Il n’y a pas de conflit avec la direction de l’info aujourd’hui, ça se passe très bien. »

Mais cela ne veut pas dire que les discussions ne sont pas passionnées de temps en temps. « Quand on sort des émissions comme Envoyé spécial ou Cash investigation, ça veut dire que très régulièrement on a des discussions avec la direction et on ne parle pas du temps qu’il fait, du barbecue de CNews ou de C8, précise la journaliste. On parle de choses très importantes et qui parfois peuvent mettre en danger le groupe. Il y a des gros enjeux. »

« C’est un espace de liberté, le service public »

Elise Lucet se félicite d’ailleurs d’être suivie par la direction de France Télévisions sur « des sujets très difficiles ». « Chapeau bas. Que ce soit Rémy Pflimlin ou aujourd’hui Delphine Ernotte, il n’y a aucun patron de France Télévisions qui m’ait dit à un moment "Ah ça non, on ne peut pas". » Visiblement, la journaliste est épanouie au travail. « C’est un bonheur de travailler à France 2 parce que c’est quand même un espace de liberté, le service public. »