Le producteur Jean-Luc Azoulay nous a expliqué pourquoi la téléréalité envahissait «Les Mystères de l’amour»

INVASION Alors que la 18ème saison des « Mystères de l’amour » vient de commencer, on a demandé à son créateur, Jean-Luc Azoulay, de nous expliquer pourquoi elle faisait jouer autant de candidats de téléréalité…

Claire Barrois

— 

Le groupe issu de «Hélène et les Garçons», central dans «Les Mystères de l'amour».
Le groupe issu de «Hélène et les Garçons», central dans «Les Mystères de l'amour». — Julien Cauvin / TMC

Décidément, ils sont partout sur la TNT. Après W9, TFX et NRJ 12, c’est au tour de TMC de se mettre à la téléréalité. Avec une nouvelle émission ? Non. En intégrant certains candidats dans son programme phare, dont les épisodes sont vus par 1,4 million de téléspectateurs en moyenne, Les Mystères de l’Amour. La série dérivée d’Hélène et les garçons, qui vient d’entamer sa dix-huitième saison à l’antenne, a été créée par Jean-Luc Azoulay, le roi de la sitcom française. Le producteur, qui écrit aussi les épisodes, nous a éclairés sur ces acteurs d’un nouveau genre.

La bande de base des Mystères de l’amour, c’est celle formée par les anciens d’Hélène et les garçons. Autour d’eux gravite une multitude d’acteurs plus ou moins importants et plus ou moins récurrents. « Nous diffusons deux 52 minutes par semaine pour lesquels nous avons besoin de beaucoup d’images et donc de beaucoup beaucoup de comédiens, précise Jean-Luc Azoulay. Parmi eux, vingt sont récurrents et pour les nouveaux, on fait des castings et on prend les meilleurs. » Par là, le producteur entend qu’il ne fait pas attention à la « provenance » de ses acteurs.

« Secret Story », vivier pour « Les Mystères de l’amour » ?

Et pourtant, ils viennent du même endroit que lui. En effet, la maison de Secret Story, vous vous souvenez ? Elle a été construite au-dessus des studios d’AB Productions par… Jean-Luc Azoulay qui y a vécu quelques années avant de la revendre lorsqu’il a quitté les studios. De quoi créer un lien invisible entre le producteur et Xavier Delarue, Nadège Lacroix ou encore Charlène Le Mer ? « Ça n’est plus ma maison depuis une quinzaine d’années, donc c’est une vieille histoire », se défend le producteur.

Mais alors comment Fanny Salvat (Les Marseillais) ou encore Leïla Ben Khalifa (Secret Story, encore) sont-ils devenus des proches d’ Hélène Rollès et consorts ? En passant des castings, comme tout le monde. « Je ne regarde pas la téléréalité, précise Jean-Luc Azoulay. J’emploie des comédiens qui ont passé des castings, qu’ils viennent de la téléréalité ou pas, n’a aucune importance. » D’ailleurs, mieux vaut ne pas s’enflammer trop vite sur les nouvelles recrues.

« S’ils nous plaisent, ils restent, sinon on les fait sortir de l’intrigue »

« La série raconte l’histoire de trois générations : Hélène et ses copains, Elsa, Tony, Mélanie, etc. et les tout jeunes, les enfants de la génération de Nicolas et Hélène, précise Jean-Luc Azoulay. Il y a toujours de nouveaux partenaires, des rôles secondaires qui viennent et qui passent. On fait des castings, ils entrent dans la série. S’ils nous plaisent, ils restent, sinon on les fait sortir de l’intrigue. J’aime bien ne pas faire mourir les personnages. Les disparitions, les retours, les rebonds, c’est toujours bon pour l’intrigue. » Grâce à ça, nous avons le plaisir de retrouver Xavier Delarue cette saison.

Comment ? « Pour le personnage d’Antoine, je cherchais un mec costaud, et on m’a présenté un basketteur. Je ne savais pas que Xavier Delarue avait fait de la téléréalité, explique le producteur. Pour le personnage de Charlène, je cherchais une fille qui savait chanter, et c’était la meilleure. » D’ailleurs, ça énerve celui qui est à l’origine (presque à lui tout seul) de la sitcom en France de voir ses acteurs ramenés à leurs activités dans la téléréalité.

« On est moins scandaleux et spectaculaires que la téléréalité »

« Je n’ai rien pour ni contre les gens issus de la téléréalité, je ne juge les candidats que sur leurs qualités de comédiens, rappelle leur producteur, avant de faire un parallèle entre ces programmes et Les Mystères de l’amour. Ça me mettait en rage dans les années 1990 quand les gens des prime time refusaient de recevoir les gens des sitcoms. »

Aux mauvaises langues qui avanceraient que les candidats de téléréalité seraient là pour attirer les téléspectateurs, le producteur avance qu’Elsa Esnoult, la chanteuse qui interprète Fanny, a « un public énorme. Elsa a sorti deux premiers albums disques d’or, le troisième va l’être aussi. » Et justifie l’intérêt porté à sa série : « On est moins scandaleux et spectaculaires que la téléréalité, qui commence à s’essouffler alors que la fiction reprend le dessus. La téléréalité est devenue superficielle, comédie cheap. » La sitcom, un renouveau pour la téléréalité ?