Tex au Theâtre Comédie de Nice en 2012.
Tex au Theâtre Comédie de Nice en 2012. — SYSPEO/SIPA

SEXISME

Tex fustige «la nouvelle génération de mecs dominés» et le mouvement #BalanceTonPorc

« C’est la fin de notre liberté », estime Tex, évincé par France 2 après une blague sexiste lancée sur C8, au sujet du mouvement #BalanceTonPorc…

Tex, évincé par France 2 après une blague sexiste lancée sur C8, est revenu sur cette « vanne » sur les violences conjugales, qui lui a coûté son poste d’animateur des Z’amours qu’il occupait depuis 17 ans, dans les colonnes de Libération.

« Cette blague vise les hommes, elle nous ramène cent ans en arrière », explique-t-il, assurant l’avoir choisie dans son spectacle pour « provoquer son public féminin ». « Il y a des rires et après les femmes me huent », précise l’humoriste.

« Balancer, ça veut dire trahir »

« Dans les Z’Amours, je l’ai vue la nouvelle génération, les mecs dominés. Ils font la vaisselle et quand leurs femmes rentrent du travail, elles disent que c’est mal fait. Je préfère nos vieux schémas qui étaient un peu simples », lance-t-il encore.

Et de s’attaquer une nouvelle fois au mouvement Balance ton porc, qui consiste à dénoncer les agresseurs sexuels, le gêne grandement. « C’est la fin de notre liberté », assène-t-il. « Balancer, ça veut dire trahir. On balance pas. A l’école, ceux qui balançaient, on les chopait dans un coin et on leur pétait la gueule », estime-t-il. L’ex-animateur n’y voit que de la délation et pas particulièrement une libération de la parole et la reconnaissance des violences faites aux femmes.

« Moi, je sers une autre génération »

Les vives critiques et la polémique vis-à-vis de sa blague sont un problème générationnel, selon Tex : « Moi, je sers une autre génération. Faut avoir honte de faire rire les gens de 65 ans ? Cette génération, elle a plus le droit de vivre ? Moi, j’ai pas honte, je les ai servis pendant des années. C’est à eux que je manque ».

Tex, licencié par France 2 fin 2017, a indiqué le 10 avril dernier avoir entamé une procédure aux prud'hommes contre la chaîne et la société de production Sony « pour rupture abusive de contrat ». Il réclame 1,2 million d’euros indemnités.