La blague de Tex sur le plateau de C'est que de la télé ne passe pas.
La blague de Tex sur le plateau de C'est que de la télé ne passe pas. — Capture d'écran C8

PEPETTES

Tex réclame une (très) coquette somme à France 2 pour son éviction des «Z'amours»

L'ancien animateur des «Z'Amours» demande plus d'un million d'euros à son ancienne société de production...

Ejecté sans ménagement de son émission, Tex a décidé de répliquer. Son avocat, Jérémie Assous, a donné un peu de détails sur le procès aux prud'hommes qui oppose Tex à son ancienne production, au micro d’Europe 1. L’ancien présentateur des Z’Amours a décidé de ne pas en rester là après son renvoi de France 2.

Renvoyé pour une blague jugée déplacée dans le cadre de la promotion de son nouveau spectacle et sur une chaîne concurrente (C8), Tex a demandé un dédommagement. « Vous avez quelqu’un qui a signé 144 contrats à durée déterminée, alors que normalement, il aurait dû avoir un CDI, a précisé son avocat. Les indemnités que nous demandons correspondent au barème appliqué par la jurisprudence constante, à savoir, nous demandons 24 mois de salaire. » Avant d’ajouter : « En tout, le chiffre exact, c’est à peu près 1.200.000 euros. »

Dix-sept ans de bons et loyaux services

Après dix-sept ans à la tête du jeu du midi et une rupture brutale, l’avocat estime que cette somme est normale. Il a tout de même précisé qu’il n’attaquait pas France Télévisions. « France Télévisions n’est pas l’employeur. Son employeur, c’est le producteur, à savoir Sony Pictures Télévision Production et ce que l’on demande, c’est les indemnités qui découlent de cette rupture de cette relation contractuelle. »