Festival TV de Monte-Carlo : « The Tourist », un « thriller existentiel » palpitant, hilarant et dépaysant

BRITISH TOUCH « The Tourist », série diffusée sur France 2 et portée par Jamie Dorman, suit un homme amnésique dont quelqu’un souhaite la mort

Anne Demoulin
— 
Jamie Dornan dans le premier épisode de « The Tourist ».
Jamie Dornan dans le premier épisode de « The Tourist ». — Two Brothers Pictures & All3Media International
  • La série britannique The Tourist, présentée au Festival de Télévision de Monte-Carlo, est diffusée ce lundi à 21h10 sur France 2.
  • Jamie Dorman y incarne un homme amnésique dont quelqu'un souhaite la mort.
  • Un « thriller existentiel », mais aussi drôle et plein de suspense, créée par Harry Williams et Jack Williams (Missing, Fleabag).

Imaginez un héros qui en sait moins que le spectateur sur sa propre histoire ! Dans The Tourist, série britannique présentée au Festival de Télévision de Monte-Carlo et diffusée ce lundi à 21h10 sur  France 2, Jamie Dorman joue le rôle d’un Irlandais barbu et musclé, qui roule tranquillement sur les routes désertiques de l’ outback australien, quand un semi-remorque le prend en chasse et finit par l’envoyer dans le fossé. L’homme se réveille à l’hôpital d’une petite bourgade complètement amnésique sans savoir qui il est, ni pourquoi quelqu’un veut sa mort. Le point de départ d’une palpitante, hilarante et dépaysante histoire, créée par Harry Williams et Jack Williams, les producteurs de Fleabag et les créateurs de Missing, qui a fait un carton outre-Manche.

« Nous voulions faire quelque chose qui soit une sorte de thriller existentiel, explique Harry Williams que 20 Minutes a rencontré au Festival de Télévision de Monte-Carlo. La question centrale au cœur de la série est “qui suis-je ?” » A son réveil à l’hôpital, l’amnésique rencontre Helen Chambers, jeune agente de police en formation, chargée de l’enquête et déterminée à l’aider à retrouver son identité. « Je suis votre seule amie », lui lance-t-elle.

Un road-trip « à la découverte de soi-même »

Une tâche ardue avec pour seule piste, un bout de papier où sont griffonnés le lieu et la date d’un rendez-vous dans un boui-boui. Sur place, l’amnésique va acquérir une certitude : quelqu’un veut sa mort. Voici pour le palpitant. Le début d’un road-trip « à la découverte de soi-même » pour les deux héros. « Elle ne sait pas non plus qui elle est, elle n’est pas avec le bon type… Et ces deux personnes improbables, qui ne savent qui elles sont, savent en quelque sorte qui l’autre est », analyse le scénariste et producteur.

Un thriller dépaysant et hilarant

La série est filmée « dans un paysage si vaste et si vide que l’on peut facilement s’y perdre. » Les paysages de l’outback australien confèrent à l’ensemble de la série une atmosphère de western un peu étrange. « C’est un peu familier, et pourtant ce n’est pas l’Arizona, ni exactement les paysages poussiéreux des films des frères Coen. On y parle anglais, mais c’est une région très inhabituelle où plane le mystère ». Voilà pour le dépaysement.

Si la cambrousse australienne tient un peu de No Country for Old Men, Helen Chambers évoque étonnamment Marge Gunderson, l’héroïne du film Fargo. « Il y a beaucoup de références conscientes. Duel de Steven Spielberg, les films des frères Coen, et plein d’autres choses. On a essayé de fusionner tout ça de façon cohérente ! C’est difficile de faire quelque chose, qui je l’espère, est un peu émouvant, un peu excitant, et en même temps de faire rire les gens. Si Fargo est si bon, c’est parce qu’il réussit à faire du thriller et de la comédie, et il le fait de manière pince-sans-rire. C’était une grosse référence. » Teinté d’humour noir, The Tourist, à la manière des chefs-d’œuvre des frères Cohen, devient de plus en plus dingue et atypique à mesure que se dévoile l’intrigue.