Netflix : Pourquoi le phénomène « Heartstopper » suscite autant d'attente

LGBT Vendredi, la série « Heartstopper » arrive sur la plateforme Netflix. Adaptée de la web BD d’Alice Oseman, « Heartstopper . Deux garçons. Une rencontre. », elle est précédée d'une sacrée réputation

Marie Tournier
— 
Kit Connor et Joe Lock incarnent les personnages principaux de la série Heartstopper.
Kit Connor et Joe Lock incarnent les personnages principaux de la série Heartstopper. — Netflix
  • Netflix met en ligne la série Heartstopper ce vendredi.
  • L’histoire d’amour entre deux garçons est l’adaptation d’un webcomic au succès retentissant.
  • Les fans de la première heure attendent de pied ferme, et avec un peu d’appréhension, de découvrir la version filmée des amours de Nick et Charlie.

Une romance sur Netflix, encore une… Alors que les séries romantiques se succèdent sur la plateforme au même rythme que la fuite des abonnés, Heartstopper, disponible ce vendredi, a suscité une attente rare. Depuis des semaines, c’est LA série dont tout le monde parle. Heartstopper est l’adaptation du webcomic d’ Alice Oseman. Après avoir eu du succès avec ses romans Solitaire et Radio Silence, la jeune autrice britannique a finalement retenu l’attention du géant du streaming avec Heartstopper.

Si l’histoire racontée dans la bande dessinée est assez banale (Charlie aime Nick, sauf que Nick est hétéro), celle de la sortie du livre l’est beaucoup moins. L’autrice a réussi à publier son ouvrage en fidélisant une communauté de fans, à partir de zéro. C’est par le biais sur crowdfunding, qu’elle a pu réunir les fonds nécessaires à la publication. L’objectif de départ était de réunir assez d’argent pour publier 500 exemplaires. L’objectif a largement été atteint avec aujourd’hui quatre tomes de la saga publiée, et diffusée à des dizaines de milliers d’exemplaires dans le monde entier.

Un succès bien avant Netflix

La carrière de l’autrice était bien lancée avec ses anciens romans, qui n’ont néanmoins pas fait beaucoup parler en France. « Elle était suivie par énormément de jeunes adultes aux Etats-Unis, mais assez peu en France », raconte Michael Mathieu, libraire à la Librairie de Paris. L’aventure Heartstopper a commencé en ligne sur l’application Tapas, une plateforme de web comics. Michael Mathieu raconte que le rythme de publication a aussi fait le succès de Heartstopper : « Il n’y avait que 4-5 planches par mois, c’était très lent. Il fallait patienter entre chaque épisode, chaque rebondissement de l’intrigue, et les fans en parlaient naturellement entre eux… » Le bouche-à-oreille à fait le reste.

« Le Booktok (le Tik Tok littéraire) et les influenceurs littéraires en ont parlé et cela a permis un nouveau rebond des ventes. » Après un nouvel appel à contributions, la BD a été publiée en version papier, suivi par un succès retentissant à l’étranger, notamment en France lorsque la BD y a été traduite.

Des fans attentifs

La sortie des aventures de Nick et Charlie en série a évidemment eu un effet marketing sur les ventes de l’ouvrage. Les fans de la fiction comme Michael Mathieu sont impatients de découvrir la série. Et un peu inquiets. Si la version filmée semble plutôt fidèle aux planches de l’autrice, une différence notable avait fait réagir les fans : l’absence d’Aled, un personnage très apprécié. Alice Oseman s’est empressée de rassurer ses fans en affirmant que le nouveau personnage sera tout aussi intéressant.

Ce que les fans attendent surtout, c’est que la relation touchante entre Nick et Charlie soit parfaitement retranscrite à l’écran. Si la série aborde des thèmes d’aujourd’hui comme la biphobie, le coming-out forcé ou encore l’anorexie, c’est bien l’histoire d’amour entre Nick, le rugbyman et Charlie le musicien, qui fait tout le sel de Heartstopper. Bien plus qu’une rencontre entre deux garçons à la sexualité différente, c’est aussi la confrontation entre mondes : celui des artistes un peu marginaux et celui des sportifs populaires.

Charlie, qui est ouvertement homosexuel, développe des sentiments pour Nick qu’il préfère enfouir pour préserver leur amitié et car il le sait hétérosexuel. Cependant, « le rugbyman au sourire solaire » va être confronté à la quête identitaire de l’adolescence​, qui passe par la curiosité et le questionnement sur la sexualité. La subtilité fragile à l’œuvre dans les pages d’Alice Oseman survivra-t-elle à la machine Netflix ? Réponse dès ce vendredi.