CanneSeries : La série israelienne « The Lesson », sacrée meilleure série

PALMARES Découvrez le palmarès de la saison 5 de CanneSeries, commenté par le directeur artistique du festival, Albin Lewi

Anne Demoulin
— 
Doron Ben-David et Maya Landsmann sont les héros de « The Lesson ».
Doron Ben-David et Maya Landsmann sont les héros de « The Lesson ». — Moshe Nachumovich

La saison 5 du Festival International des Séries de Cannes a refermé ses portes ce mercredi. Le jury du format long, présidé par Fanny Herrero, et celui des séries courtes, présidé par Anthony Horrovitz, ont rendu leur verdict. « Ce palmarès reflète ce qu’on veut promouvoir : l’inventivité et la diversité des séries et qu’elles exploitent tous les formats et tous les genres. », commente le directeur artistique du festival, Albin Lewi

Du côté des séries longues, la série israélienne The Lesson, un des coups de cœur de 20 Minutes, remporte deux prix, celui de la meilleure série et le prix d’interprétation pour Maya Landsmann pour son rôle de Lian, une impétueuse lycéenne de 17 ans. Deux récompenses amplement méritées pour cette série, qui montre à quel point, au-delà de dépeindre la réalité politique explosive en Israël, il est difficile de débattre à l’ère des fake news et des réseaux sociaux. « La série The Lesson a été projetée le premier jour et on a senti un engouement dans la salle », raconte le directeur artistique de CanneSeries. Je suis particulièrement ravi pour Maya Landsmann qui est la première comédienne à revenir deux éditions de suite. J’espère que ce prix sera un tremplin à l’international parce qu’elle est extrêmement talentueuse, avec une énergie folle. »

La dramédie québécoise Audrey est revenue, autre coup de cœur de 20 Minutes, repart aussi avec deux prix, celui du Grand Prix Dior et le prix spécial d’interprétation. « Ces deux prix sont remis par le jury de la compétition format long. C’est un coup de cœur remis à une série innovante », explique Albin Lewi.

La production allemande Souls, série high-end concept où plusieurs temporalités s’entrechoquent, remportent également deux prix, celui du meilleur scénario et de la meilleure musique.

La série belge « Hacked », sacrée meilleure série courte

Du côté des séries courtes, la production belge Hacked, série générationnelle qui nous parle avec intelligence et réalisme du cyberharcèlement en milieu scolaire, remporte le prix de la meilleure série courte. Rosalie Vaillancourt remporte le prix Dior de la révélation pour son rôle dans la série française Complètement Lycée, parodie décalée des teen-shows ultra-clichés.

La bouleversante série norvégienne Afterglow remporte, quant à elle, le prix des lycéens meilleure série longue, tandis que Everything You Love repart avec le prix des étudiants meilleure série courte.