« Drôle » : On a fact-checké le personnage d'Apolline avec l'humoriste Caroline Vigneaux

HUMOUR « 20 Minutes » a demandé à des professionnels du stand-up si les personnages de la nouvelle série de Fanny Herrero pour Netflix, « Drôle », étaient réalistes. Réponse en vidéo

Anne Demoulin
— 
"Drôle" sur Netflix : On a fact-checké le personnage d'Apolline avec l'humoriste Caroline Vigneaux — 20 Minutes
  • La nouvelle série de Fanny Herrero, la créatrice de Dix pour cent, Drôle, disponible sur Netflix, met en scène un groupe de quatre jeunes stand-uppers.
  • Dans cet épisode de notre série vidéo « On a fact-checké les personnages de Drôle », on a soumis le personnage d’Apolline, incarnée par Elsa Guedj à l’œil expert de l’humoriste Caroline Vigneaux.

Après avoir levé le voile sur le métier de l’ombre des agents d’artistes, Fanny Herrero, la créatrice de Dix pour cent, plonge dans les coulisses de la scène stand-up. Drôle, disponible depuis vendredi sur Netflix, met en scène quatre jeunes humoristes parisiens. 20 Minutes a demandé à des professionnels du stand-up si les quatre héros de Drôle, Nezir, Aïssatou, Apolline et Bling, étaient réalistes. Dans cet épisode de notre série vidéo « On a fact-checké les personnages de Drôle », on a soumis le personnage d’Apolline, incarnée par Elsa Guedj à l’œil expert de l’humoriste Caroline Vigneaux.

Dans la fiction « Drôle »

Apolline, jouée par Elsa Guedj, est une jeune femme issue de la bourgeoisie parisienne. Elle termine ses études à l’École du Louvre et s’apprête à aller travailler à Londres dans une prestigieuse maison de ventes aux enchères. Sa découverte du stand-up va-t-elle bouleverser sa carrière toute tracée ? Pour en savoir plus, rendez-vous sur Netflix.

Dans la vie réelle

Fille d’un ingénieur et d’une orthophoniste nantais, Caroline Vigneaux a reçu une éducation plutôt stricte dans des établissements privés religieux. Diplômée en droit à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, la jeune femme prête serment et enfile la robe d’avocat après un passage par l’École de formation du barreau. Elle plaide pendant plusieurs années, travaillant pour de prestigieux cabinets, tels que le cabinet américain Dewey & LeBoeuf qu’elle intègre en 2005.

Mais sa vocation est ailleurs. En 2001, elle intègre la troupe de théâtre de l’Union des jeunes avocats. En 2008, elle plaque sa brillante carrière d’avocate pour se lancer dans l’humour. Elle s’inscrit au Cours Florent et planche sur son premier spectacle Il était une fée. Elle se fait remarquer avec son second one-woman-show, Caroline Vigneaux quitte la robe, où elle décrit avec beaucoup d’autodérision son passé d’avocate et son changement de carrière. Son dernier spectacle intitulé Caroline Vigneaux croque la pomme, nommé aux Molières 2019, fait un carton depuis son lancement en 2018. Sur scène, l’humoriste « féministe optimiste » distille avec une énergie folle une histoire du féminisme aussi joyeusement décalée qu’instructif, avec un final hilarant en apothéose sur les tabous féminins. « A un moment, je me suis dit qu’il fallait qu’on les brise ces tabous, je vais loin parce que je suis sur scène », rit-elle. Un spectacle qui l’emmènera notamment à l’Olympia à Paris du 13 au 16 avril.