Guerre en Ukraine : On a maté sur Arte « Serviteur du peuple », la série portée par le président Volodymyr Zelensky

DECALAGE La première saison de « Serviteur du peuple », la série qui a propulsé Volodymyr Zelensky à la tête de l'Ukraine, est disponible sur Arte.tv

Anne Demoulin
— 
Dans la comédie satirique « Serviteur du peuple », Volodymyr Zelensky, alors comédien, incarne un prof d?histoire élu, contre toute attente, président de l?Ukraine, un rôle prémonitoire.
Dans la comédie satirique « Serviteur du peuple », Volodymyr Zelensky, alors comédien, incarne un prof d?histoire élu, contre toute attente, président de l?Ukraine, un rôle prémonitoire. — Arte/ Kvartal 95 Studio
  • La première saison de Serviteur du peuple la série qui a propulsé Volodymyr Zelensky à la tête de l’Ukraine est disponible sur Arte.tv.
  • Dans cette comédie satirique, Volodymyr Zelensky, alors âgé de 37 ans, incarne un prof d’histoire élu, contre toute attente, président de l’Ukraine.
  • Un rôle prémonitoire qui a valu au comédien d’être réellement élu président de l’Ukraine.

Regarder Serviteur du peuple alors que l’Ukraine vient d’être envahie par l’armée russe est une expérience pour le moins étrange. Alors que  Volodymyr Zelensky a acquis en quelques jours une stature de héros à la tête d’un pays en guerre, il n’est dans la première saison de la série disponible sur Arte.tv qu’un trublion, à la croisée d’un Mister Bean  et d’un  Borat. Dans cette fiction produite par Kvartal 95 Studio, fondée par Volodymyr Zelensky, l’acteur, alors âgé de 37 ans, incarne une sorte de loser magnifique nommé Vassili Goloborodko, un honnête professeur d’histoire, père divorcé contraint, à la suite sa séparation, de réaménager chez ses parents à Kiev.

Un doux rêveur un peu maladroit

S’il passe ses nuits à rêver de Plutarque, il apparaît dans les premières séquences comme un adulescent incapable de se préparer seul un petit-déjeuner ou de se repasser une chemise. Au lycée dans lequel il exerce, il s’attire perpétuellement les foudres de la proviseure. Si le personnage de doux rêveur un peu maladroit et naïf s’apparente à Mister Bean, les scènes en famille, qui empruntent les codes de la sitcom familiale, sont un peu désuètes.

Vassili Goloborodko s’épanouit seulement dans la salle de cours où ses élèves le regardent avec une admiration sans borne débiter des discours idéalistes sur la démocratie et l’humanisme. Alors qu’il critique avec virulence le gouvernement gangrené par une élite corrompue, il est filmé à son insu par ses élèves.

Un antihéros propulsé président de l’Ukraine

La vidéo devient virale sur les réseaux sociaux, totalisant des millions de vues. L’enseignant obtient l’argent nécessaire à son inscription aux élections présidentielles d’Ukraine grâce à une campagne de crowdfunding menée par ses élèves. Son discours antisystème a conquis les électeurs, et contre attente, il est élu président dès les premières minutes du premier épisode. « Je ne pensais pas dire cela un jour : je suis fier de toi mon fils », lui lance son père, extrêmement surpris.

L’arrivée de cet antihéros aux affaires réjouit les oligarques corrompus en place, qui espèrent en faire leur pantin. La découverte des arcanes du pouvoir par ce simple professeur d’histoire propulsé du jour au lendemain au sommet de l’Etat évoque le personnage de Borat.

Cet idéaliste, inspiré par des visites oniriques de figures historiques telles que Lincoln, Louis XVI ou Ivan le Terrible, va peu à peu tenter de rompre avec le faste présidentiel et d’imposer son style de Serviteur du peuple. Mêlant humour absurde et satire acide, les scènes montrant les oligarques véreux offrent les répliques les plus cinglantes. « Une démocratie incontrôlable, je n’avais pas eu une telle montée d’adrénaline depuis longtemps », se délecte par exemple l’un d’eux. Vassili Goloborodko va entreprendre de faire un grand ménage dans la classe politique en place.

Un immense succès, retiré de l’antenne en Russie

Diffusée de 2015 à 2019 en Ukraine, Serviteur du peuple, comédie satirique en trois saisons, a triomphé sur 1+1, seconde plus importante chaîne du pays derrière Inter. La fiction, mise en ligne gratuitement sur YouTube, est à ce jour la série télévisée qui a eu le plus de succès en Ukraine avec plus de 20 millions de spectateurs cumulés au compteur.

En Russie en revanche, Serviteur du peuple bat le record de la diffusion la plus brève de la télévision, après trois épisodes diffusés en une unique soirée. L’un des épisodes diffusés contient un jeu de mots, difficilement traduisible, qui associe la marque Hublot et Vladimir Poutine, qui fait bien rire les russophones. La satire ne manque pas non plus de moquer la position géopolitique de l’Ukraine. Vassili Goloborodko est-il « un homme de l’Ouest ou du Kremlin », s’interroge l’un des politiciens ukrainiens par exemple alors qu’il accède au pouvoir. La série est retirée de l’antenne.

Ailleurs, la production ukrainienne fait un carton au point que Netflix en achète les droits pour certains territoires. En France, seule la première saison de 23 épisodes est disponible sur Arte.tv depuis novembre dernier.

Un succès qui propulse Volodymyr Zelensky à la tête de l’Etat ukrainien

La France a failli élire Coluche, les Etats-Unis ont élu Ronald Reagan, de la réalité à la fiction, il n’y a qu’un pas ! En 2018, Volodymyr Zelensky, s’appuyant sur la notoriété de ce rôle prémonitoire, fait son entrée dans l’arène politique ukrainienne au sein du parti Serviteur du peuple, dénomination empruntée à la série télévisée. Ivan Bakanov, juriste et PDG du studio Kvartal 95, qui produit la fiction, en prend la direction.

La série confère à Volodymyr Zelensky l’image d’un homme politique intègre. Son équipe ne s’y trompe pas et mélange allègrement images réelles et de la série lors de sa campagne présidentielle où il embrasse les mêmes thèmes que son alter ego de fiction : la lutte contre la corruption, le discours anti-élites. A tel point que la troisième saison, diffusée juste avant les élections, a suscité d'intenses discussions pour savoir si la série devait être considérée comme faisant partie intégrante de la campagne ou pas.

En 2019, le très populaire producteur, présentateur, acteur et humoriste Volodymyr Zelensky remporte l’élection présidentielle face au chef de l’Etat sortant, Petro Porochenko. Alors que le personnage de fiction remporte l’élection avec 67 % des suffrages, Volodymyr Zelensky est élu avec 73,2 % des voix. Le «  clown » tient désormais le premier rôle, dans un drame, hélas, bien réel.