« Squid Game » : « Il faut être stupide pour montrer cette excellente série à de jeunes enfants »

VOUS TEMOIGNEZ La question de l’âge auquel il convient de regarder la série coréenne de Netflix divise les internautes de « 20 Minutes »

Benjamin Chapon
— 
Les gardiens du jeu dans Squid Game.
Les gardiens du jeu dans Squid Game. — Netflix

Les internautes de 20 Minutes se divisent en deux camps. Ceux qui ont des enfants et ceux qui n’en ont pas. Étonnamment, le succès phénoménal de la série coréenne de Netflix, Squid Game, inquiète plutôt la deuxième catégorie. A l’instar de Marlène qui « ne montrerait jamais une série pareille à ses enfants » si elle en avait, et qui d’ailleurs n’a « pas regardé cette horreur. » Or,  la question se pose sérieusement  alors que les enfants sont désormais en vacances et risquent fort de réclamer les codes Netflix à leurs parents…

Heureusement certains internautes de 20 Minutes ont vu la série et ont répondu à notre appel. Nous voulions savoir si le succès de cette série vous avez conduit à la regarder, un peu par obligation : pour vérifier qu’elle est adaptée aux enfants, pour savoir de quoi parlent vos amis fans de Squid Game, ou tout simplement pour être dans le coup.

« Mon fils n’a pas trouvé cette série violente »

De nombreux parents ont été intrigués par Squid Game et ont choisi de la regarder pour se faire une idée. Comme Valérie : « J’ai adoré cette série et mon fils de 11 ans aussi. C’est lui qui m’en a parlé. Mon fils n’a pas trouvé cette série violente contrairement à Lupin qu’il a arrêté de voir au 2e épisode, terrifié par la scène du suicide. Cette série nous a permis d’aborder de nombreux sujets : l’extrême pauvreté, l’addiction aux jeux, les inégalités sociales, le trafic d’organes, la violence, les probabilités… »

Contrairement à cette maman, de nombreux spectateurs de la série la juge trop violente pour des enfants de moins de 16 ans. Marie-Pierre, maman de 49 ans, a « deux grands enfants qui ont vu la série sans souci » mais elle comprend « parfaitement l’inquiétude de certains parents de voir leur enfant imiter certaines scènes dans les cours d’école. Toutefois, comment ces jeunes enfants ont pu en avoir connaissance ? La problématique de l’accès aux plus jeunes » aux écrans « me semble au cœur du problème ou celle de l’éducation de nos adolescents vis-à-vis de leurs plus jeunes frères et sœurs… »

Jonathan, « papa de trois enfants dont un de 9 ans qui en a entendu parler à l’école » et cinéphile qui « raffole du cinéma coréen » a donc choisi de « regarder par curiosité ». Verdict : « Bien sur cette série mérite le classement interdit aux moins de 16 ans car un peu gore. Il faut être stupide pour montrer cette excellente série à de jeunes enfants mais elle vaut le détour pour un public averti. »

« Un côté très malsain et dérangeant »

Au-delà des enfants et parents, Squid Game divise quant au message qu’elle véhicule. Lydie, 22 ans, est partagée : « Une partie de moi trouve que cette série fait passer un message fort sur ce monde de brutes dans lequel les inégalités poussent les gens à leurs extrêmes, au péril de leurs vies, dans l’espoir d’améliorer leur situation et celle de leurs familles. Cependant, une autre partie de moi trouve que cette série a un côté très malsain et dérangeant, de par le fait d’utiliser des jeux d’enfants pour faire passer son message… »

Elsa, 25 ans, était « d’abord réticente car peu attirée par une série visiblement commerciale qui semblait reprendre une intrigue et des codes déjà vus et revus » mais a « finalement été intriguée par son succès phénoménal », et a été agréablement surprise « par cette série, qui prouve que même une plateforme géante tournée vers le profit comme Netflix peut proposer du contenu qui, sans être révolutionnaire, sort quelque peu des clous, notamment par la mise en avant d’un casting asiatique cinq étoiles. »

« Un message sur la noirceur de l’être humain »

Alain, 73 ans, a « d’abord regardé un peu par hasard. Et ensuite on aime bien savoir ce qui va se passer… » Lui aussi a été surpris de trouver dans Squid Game « un message sur la noirceur de l’être humain et la difficulté d’avoir une attitude altruiste. Les épisodes deviennent franchement prenants à partir du 6e, qui est franchement émouvant…. » Nicola, 21 ans, a fait le même constat sur le message de Squid Game « dommage qu’avec tous les messages que nous délivre l’auteur, les gens ayant visionné cette série ne remettent pas plus en cause la construction de notre société. »

Comme eux, de nombreux internautes estiment que la polémique sur l’âge des spectateurs de Squid Game est un peu ridicule. Magalie, 50 ans, est « fan de séries coréennes et de la Corée du Sud en général. J’ai déjà vu des centaines de séries coréennes et je ne comprends pas l’indignation suscitée par cette dernière. A mes yeux il n’y a rien de bien choquant et elle reste dans la lignée des productions coréennes ! »

Elodie, 45 ans, estime ainsi que « les enfants n’ont pas attendu Squid Game pour mimer ce qu’ils voient sur les écrans et encore moins pour se taper dessus. Le rôle des adultes est justement de les encadrer, de les éduquer, et certainement pas de se décharger de leurs responsabilités en accusant une série télé. » Cette internaute n’est donc ni inquiète ni agacée du succès de la série mais en veut aux médias français qui auraient monté en épingle quelques incidents isolés « pour faire de Squid Game une menace, juste parce que c’est coréen. Le discours de la presse française sur cette série nous renvoie à l’époque des attaques contre les dessins animés japonais dans les années 1990. Le pire, c’est que les journalistes qui écrivent ces articles sont sans doute précisément issus de cette génération qui avait mal vécu ces attaques contre le Japon à cette époque. »