CanneSéries : La série finlandaise « Mister 8 » sacrée meilleure série

PALMARES Découvrez le palmarès de la saison 04 de CanneSeries, commenté par le directeur artistique du festival

Anne Demoulin
— 
Pekka Strang et Krista Kosonen dans la série finlandaise « Mister 8 ».
Pekka Strang et Krista Kosonen dans la série finlandaise « Mister 8 ». — It?s Alive Films - Jari Salo

La saison 04 du Festival International des Séries de Cannes a refermé ses portes ce mercredi. Le jury des formats longs, présidé par Nikolaj Coster-Waldau, et celui des séries courtes, présidé par Aisling Bea, ont rendu leur verdict. « J’ai l’impression que l’ensemble de la qualité de la programmation a été reconnu. Il y a eu beaucoup d’engouement dans les salles de projection, de très bons retours de la presse et du public », se réjouit Albin Lewi, le directeur artistique du CanneSeries.

Du côté des séries longues, la série finlandaise Mister 8, le grand coup de cœur de 20 Minutes, remporte deux prix, celui de la meilleure série et le prix d’interprétation pour Pekka Strang. Deux récompenses amplement méritées pour cet hilarant et troublant marivaudage stylisé en noir et blanc. « J’ai senti qu’il y avait un engouement particulier dans la salle. J’ai dû évacuer les comédiens et les créateurs à l’issue de la projection dans le foyer de l’auditorium lumière. Il s’était passé quelque chose », commente Albin Lewi. Et d’ajouter : « Au-delà de l’originalité de son histoire, on est surpris par le traitement de cette comédie qui bouscule les codes. »

La production allemande The Allegation, qui revisite l’affaire Worms, un scandale juridique outre-Rhin, remporte également deux prix, le Grand Prix Dior et le Prix du meilleur scénario. « C’est une série a priori procédurale, mais qui se révèle être bien plus que cela, bien plus sournoise. Elle s’ouvre avec une scène d’un cru presque jamais vu et nous surprend grâce à la caractérisation de ses personnages. On est dans quelque chose qui apparaît plus classique, mais dans le traitement pas tant que cela », note Albin Lewi.

Le Prix spécial d’interprétation souligne le fait « qu’une série est une oeuvre collective ». Cette année, le jury a choisi de récompenser le casting de la série norvégienne, à découvrir prochainement sur Arte, Countrymen : « Cette équipe de bras cassés a eu aussi beaucoup de succès. Cette série porte un sujet dramatique, casse-gueule, avec un traitement complètement décalé, comme une forme d’inversion entre le fond et la forme », analyse le directeur artistique de CanneSeries. Et d’ajouter : « On note qu’il y a un éclatement des codes. Je pense que le public a été surpris tout au long de la semaine »

Du côté des séries courtes, la série norvégienne About Saturday qui a été couronnée. Une série coup de poing qui s’intéresse à la délicate question du consentement. « Le jury a choisi une série qui aborde une question sociale, un sujet fort… Ici, c’est le sujet plus que la forme qui importe, avec un viol présumé », souligne Albin Lewi.

Le palmarès complet

Prix de la meilleure série : Mister 8

Prix de la meilleure série courte : About Saturday

Grand Prix Dior : The Allegation

Prix d’interprétation : Pekka Strang – Mister 8

Prix spécial d’interprétation : Countrymen

Prix Dior de la révélation : Malik Gervais-Aubourg – Je voudrais qu’on m’efface

Prix du meilleur scénario : Ferdinand Von Schirach – The Allegation

Prix de la meilleure musique : Giorgio Giampa – Christian

Prix des lycéens meilleure série longue : Countrymen

Prix des étudiants meilleure série courte : Lockdown

Prix du public de la meilleure série en compétition : Awake