« Validé » sur Canal+ : Laetitia Kerfa est LAlpha et l'oméga de la saison 2

SERIE La rappeuse et comédienne de 27 ans succède à Hatik en incarnant le nouveau personnage central de la série 

Clio Weickert
— 
Laetitia Kerfa aux côtés de Saïdou Camara et Brahim Bouhlel.
Laetitia Kerfa aux côtés de Saïdou Camara et Brahim Bouhlel. — © 2021 FIFOU ? MANDARIN TÉLÉVISION ? AUTODIDAKTE ? CANAL+
  • La saison 2 de Validé débarque ce lundi sur Canal+ et sur MyCanal. 
  • Après Hatik, c'est au tour de Laetitia Kerfa de tenir le rôle principal de la série de Franck Gastambide. 
  • La comédienne interprête le rôle de LAlpha, la première rappeuse signée sur le label Apash Music. 

Elle est celle dont tout le monde parle depuis plusieurs semaines, celle que certains surnomment déjà « la nouvelle star de Validé ». Laetitia Kerfa, 27 ans et nouveau visage de la série de Franck Gastambide sur le monde du rap français, fait son baptême du feu ce lundi sur Canal+, avec le lancement de la saison 2.

Elle succède à Hatik, la tête d’affiche de la saison dernière, qui a tiré sa révérence après la mort brutale de son personnage, Apash. Un décès que certains fans ont eu du mal à digérer. « J’ai moi-même regardé la série et je peux comprendre que ce soit dur de voir le personnage qu’on a suivi et kiffé, mourir et disparaître, explique Laetitia Kerfa à 20 Minutes. Il y avait quand même une petite pression à prendre le relais. J’espère avoir tout fait pour être à la hauteur. »

Révélée au théâtre

Dans cette nouvelle saison, elle campe LAlpha, la nouvelle rappeuse à suivre et première signature d’Apash Music, le label monté par William et Brahim en hommage à leur ami disparu. Jusque-là très peu connue du grand public, Laetitia Kerfa s’est illustrée sous le nom d’Original Laeti dans quelques open mic et battles de la région parisienne, au sein du collectif hip-hop Keskiya, puis en solo. Son rap a pu être entendu sur Radio Campus et Radio Libertaire ou lors de concerts à l’Alimentation générale ou à la Petite Maison en première partie de Rocé.

C’est cependant au théâtre, à Aubervilliers, que l’équipe de Validé l’a repérée. Elle jouait dans Du Sale !, une pièce signée Marion Siéfert. « Laetitia me fait penser à des artistes comme Damso et Angélica Liddell, qui n’ont pas peur de creuser très profond dans leur âme pour faire face à des sentiments sombres, noirs, puissants et complexes », écrit l’autrice dans le dossier de presse de la pièce en 2018.

« Dès que je l’ai vue sur scène, ça a été comme une évidence », a confié Franck Gastambide à Télécâble Sat Hebdo. Comme dans Validé, Laetitia Kerfa entremêlait dans cette pièce rap et comédie, ses deux passions indissociables. « Pour moi, tout est lié : l’aspect scénique quand je rappe, l’aspect scénique quand je joue la pièce et quand je suis sur le tournage. C’est une évolution dans mon travail, j’apprends tous les jours et je vois des liens », dit-elle. Difficile alors de lui coller une étiquette, entre rappeuse ou comédienne, la jeune femme choisit les deux : « Je suis une artiste, je veux créer et j’essaye de le faire par n’importe quel moyen, par n’importe quel biais tant que c’est artistique. Je vais là où la créativité me mène. »

Un flow incisif et une détermination sans failles

Sur le plateau de tournage de Validé, la comédienne et rappeuse a très vite trouvé sa place. Son arrivée s’est faite de « de la manière la plus naturelle possible, avance Saïdou Camara, l’interprète de William. On a le même âge, les mêmes hobbies, les mêmes goûts musicaux, on va voir les mêmes films… On avait pas mal de points communs donc ça a été facile de s’identifier l’un à l’autre. Avec Brahim [Bouhlel] c’est la même chose, il y a eu la même alchimie qu’avec Hatik. » Cette bonne entente rejaillit à l’écran, comme si Laetitia Kerfa avait fait partie de l’aventure depuis le début.

LAlpha semble être un rôle taillé pour elle. Elle décrit l’héroïne comme « une femme qui rappe, qui veut s’en sortir dans le monde du rap, qui cherche à réaliser ses rêves, qui se bat, mais toujours dans le positif ». La comédienne est aussi une rappeuse au flow puissant et aux textes incisifs. Elle n’a pas participé à l’écriture du scénario, mais elle a signé ses freestyles et ses chansons, en collaboration avec Moussa Mansaly, alias « Mastar » dans la série.

Autres points communs entre la jeune artiste et son personnage de fiction : « la détermination et la hargne, note Saïdou Camara. Ce sont deux battantes. En vrai la seule grosse différence entre LAlpha et Laeti c’est que l’une est maman et se bat pour son fils et l’autre se bat pour elle-même. »

De la combativité, il en faut pour affronter toutes les épreuves que traverse le personnage dans cette deuxième saison de Validé… Mère célibataire, LAlpha doit faire face à des fantômes du passé particulièrement nocifs. En tant que femme dans le rap, elle doit aussi redoubler d’efforts pour trouver sa place dans un environnement toxique, hostile. Elle doit éviter les coups bas tout en se battant contre le sexisme ambiant et la misogynie.

« J’ai moi-même rencontré des difficultés en tant qu’artiste -je pense comme n’importe quel artiste-, pour essayer de montrer mon art, confie Laetitia Kerfa. C’est un milieu où il faut prendre sa place et où on essaye de s’exprimer et pouvoir monter sur scène. Oui en tant qu’artiste j’ai ressenti des difficultés, mais pas en tant que femme. »

« Impressionné au tournage et encore plus au montage »

La question du sexisme est centrale dans cette nouvelle saison. Pour s’emparer du sujet, les scénaristes n’y sont pas allés de main morte : mansplaining, propos misogynes, violences verbales et physiques… Rien ou presque, n’est épargné au personnage, à l’image d’une scène de battle particulièrement brutale dans l’un des épisodes, où LAlpha est rabaissée sans cesse en tant que femme. « Ça a été une scène difficile, reconnaît Laetitia Kerfa, mais pas par rapport au fait que je sois une femme. C’est du rap contenders, le principe même est de s’envoyer dans la tête le plus de clashs, de punchlines, et être le meilleur. C’est déjà quelque chose d’assez dynamique et c’était la première fois pour moi. C’est plus dans ce sens-là que c’était compliqué mais c’était quand même super intéressant, il y avait beaucoup d’adrénaline. »

La comédienne, qui arrive à prendre de la distance avec son personnage, livre une prestation remarquable tout au long de la série. « J’ai été très impressionné au tournage et encore plus au montage. Les scènes que j’ai partagées avec elle étaient très intenses, raconte Saïdou Camara. Je pense que ce n’est que le début pour elle, ce serait dommage qu’elle s’arrête là, il faut vraiment qu’elle continue. »

Laetitia Kerfa compte bien continuer sur cette lancée. « Maintenant que je suis là je vais tout donner, je vais me battre pour pouvoir faire des performances, trouver des rôles, parce que c’est ce que j’aime faire. Etre dans la créativité et pouvoir me transformer, évoluer dans l’acting… C’est important ». Elle ne laisse pas pour autant tomber la musique, et espère apporter des « surprises » dans ce domaine, avant Noël.