« Loki » : On a débriefé la saison 1 de la série avec sa réalisatrice, Kate Herron

SUCCES Alors que le final de « Loki » a battu des records audiences sur Disney+, « 20 Minutes » a débriefé cette première saison lors d’une table ronde virtuelle avec la réalisatrice Kate Herron

Anne Demoulin

— 

Loki, une série Marvel sur Disney+
Loki, une série Marvel sur Disney+ — Disney
  • Le 6e et dernier épisode de Loki a battu des records d’audience sur la plateforme Disney+.
  • La série aura droit à une saison 2.
  • Marvel, « Celui qui reste », la Citadelle de la fin des temps, le duo formé par Tom Hiddleston et Owen Wilson... 20 Minutes a fait le bilan avec la réalisatrice Kate Herron

Pas de séquence post-générique, mais une bonne nouvelle pour les fans du Dieu de la Malice s’est glissée dans le générique de l’épisode final ! La série Loki  a d’ores et déjà été renouvelée par Disney+  pour une saison 2, après une salve de six épisodes dingues portés par un l’impeccable tandem formé par Tom Hiddleston et Owen Wilson, qui ont battu des records d’audience sur la plateforme aux grandes oreilles. 20 Minutes a débriefé cette première saison lors d’une table ronde virtuelle avec la réalisatrice Kate Herron.

Maintenant que le final est disponible, Kate Herron peut enfin souffler : « Je suis contente qu’il n’y ait pas eu de spoilers, c’était ma préoccupation étant donné qu’il y a l’introduction dans le final de "Celui qui reste". C’est un miracle que cela se soit bien passé. J'ai sans cesse répété : "Assurez-vous qu’il n’y a pas de fuite !" Parce que - quel honneur ! - ce qui se passe dans notre série a un impact majeur sur l’ensemble du MCU, le multivers étant désormais officiel. » La réalisatrice a apprécié l’enthousiasme des fans : « Mais c’était super de voir toutes les réactions des fans, leur anticipation hebdomadaire à travers le monde et les démonstrations d’amour pour la série. C’était un vrai bonheur ! »

« J’adore travailler avec Kevin Feige »

La réalisatrice n’exclut pas la possibilité de travailler à nouveau dans l’univers Marvel : « J’adorerais retravailler avec eux, ce fut une expérience fantastique. J’adore travailler avec Kevin Feige. »

Preuve de la confiance qu’accorde Kate Herron au directeur des studios Marvel, cette dernière lui confie le soin de choisir sur quel personnage elle pourrait retravailler : « Kevin Feige est mon Gardien du temps, et il me le fera savoir en temps voulu. J’adore les films Marvel et je suis très heureuse d’avoir participé à Loki. Dans le futur, j’adorerai travailler avec eux, ce serait un rêve. »

« Tom Hiddleston remonte le moral quand il arrive sur le plateau »

La réalisatrice ne tarit pas d’éloges au sujet de Tom Hiddleston. « C’est un acteur généreux », lance-t-elle. « Même pendant la phase d’écriture, Tom et moi étions en contact, car, et c’est le plus drôle, c’est qu’il devait aussi se replonger dans une performance qu’il avait faite il y a plusieurs années », raconte-t-elle.

En tant que producteur exécutif de la série, « il a été très impliqué dans les discussions sur l’histoire, en plus d’être un soutien important sur le plateau dans une période de production difficile en plein Covid : c’est celui qui remonte le moral quand il arrive sur le plateau, donne toujours le meilleur de lui-même et donne confiance. » Et d’ajouter : « Sa présence et sa façon de faire les choses ont permis à l’équipe de rester soudée et je lui serai toujours reconnaissante. »

« Honnêtement, Owen est incroyable »

Même son de cloche quand elle évoque Owen Wilson. « J’ai apprécié qu’il veuille faire quelque chose de différent de ses canons traditionnels. D’un point de vue physique également, il a changé ses cheveux, nous avons mis une moustache et choisi des vêtements différents et cela lui a permis d’expérimenter et de repartir de zéro pour construire quelque chose de nouveau », relate-t-elle.

Et de poursuivre : « Honnêtement, Owen est incroyable, donc il faut lui donner une chance de jouer et lui donner les limites du bac à sable, et ensuite, il jouera à l’intérieur et lancera des tas d’improvisations et de répliques drôles. »

Sur le tournage, la réalisatrice s’est amusée du rapprochement entre ces deux acteurs, qu’a priori tout oppose. « Le parcours d’Owen a commencé par des films indépendants, comme Bottle Rocket. De l’autre côté, Tom a une formation classique d’acteur shakespearien. Je pense que c’est ce qui fait la magie entre eux, car leurs énergies sont si différentes, c’est pourquoi ils se complètent si bien. »

« J’ai toujours pensé à ces six épisodes comme une histoire complète »

Malgré cet enthousiasme, Kate Herron a cependant décidé de ne pas réaliser la prochaine saison. « On a commencé à évoquer la saison 2 quand j’étais en train de superviser la saison 1. Dans mon esprit, j’ai toujours pensé à ces six épisodes comme une histoire complète. Je sais qu’il y a des questions auxquelles il faut répondre, mais je suis fière du travail accompli. »

Et de poursuivre : « il y a d’autres choses qui me tiennent à cœur et sur lesquelles j’aimerais travailler. Je suis aussi scénariste et j’aimerais écrire ce que je ferai ensuite », a-t-elle expliqué. Et d’ajouter : « Je suis contente qu’ils continuent à produire la série et j’ai hâte de savoir comment l’histoire va continuer. »

« Cette capacité à survivre est l’essence même de “Loki” »

Lors du lancement de Loki, Tom Hiddleston expliquait que la série permettrait de mieux comprendre « Qu’est-ce qui fait de Loki, Loki ? ». La série a tenu ses promesses et nous avons rencontré plusieurs « variants » du Dieu de la Malice, comme Sylvie, jouée par Sophia DiMartino ou ce Loki plus âgé, campé par Richard E. Grant. « Indépendance, autorité et style », voici les premiers mots qui caractérisent Loki selon Kate Herron. « Il a le sens de l’espièglerie mêlé à un sentiment de souffrance. Tous les Lokis se sentent exclus, ont l’impression d’être des outsiders. »

Selon la réalisatrice, l’« aspect clé de Loki est qu’il survit toujours. C’était un élément fondamental pour moi et j’ai voulu le montrer dans le sixième épisode, quand il est submergé par la souffrance, mais qu’il peut trouver en lui la force de se battre et d’y arriver. Je pense que cette capacité à survivre est l’essence même du personnage ».

Pas question pour Kate Herron de choisir un préféré parmi les « variants » du Dieu de la Malice. « J’ai l’impression, bizarrement, qu’ils sont tous mes enfants. Peut-être que ma préférence va à cette famille étrange qu’ils forment. J’adorerais les voir réunis dans une sitcom ».

« Le Magicien d’Oz était une référence clé pour nous »

Cette première saison fourmille de références ciné et ceux qui ont vu le classique de Disney sorti en 1939, Le Magicien d’Oz, de Victor Fleming ont peut-être remarqué la ressemblance entre la Citadelle de la fin des temps et le château du magicien. « Le Magicien d’Oz était une référence clé pour nous, notamment parce que nous avons ce moment dans le quatrième épisode où les Gardiens du Temps se rebellent parce qu’ils sont irréels. Cela passe aussi par les voix des Gardiens du temps, la Citadelle. Ces allusions ne sont pas fortuites, mais bien délibérées », confirme Kate Herron.

« La série se termine comme elle a commencé »

Fait assez peu ordinaire pour une production, la saison 1 ne se termine pas par une débauche de scènes d’action. « Dès le départ, on s’est dit que le 5e épisode serait un grand spectacle, avec le combat avec le monstre et que le 6e serait différent. En bossant sur le montage, et en voyant les scènes prendre vie, on a compris que nous n’avions pas besoin de beaucoup d’action et que cet épisode pourrait être une longue conversation. Cela marche, parce que Jonathan Majors est si charismatique qu’on a juste envie de l’écouter. C’est l’élément clé. Et puis, j’aime bien que la série se termine comme elle a commencé par une longue discussion », conclut-elle.