France TV Slash : « Girlsquad », la série adolescente de l'été et de la sororité

TEEN SHOW Après « Skam » et « Mental », la plateforme France TV Slash propose cet été une nouvelle série ado, « Girlsquad », à la fois thriller social et portrait d’une bande de filles

V. J.

— 

Soleil, soirées, secrets, stalking, sororité... C'est le programme de la série d'été « Girlsquad » sur France TV Slash
Soleil, soirées, secrets, stalking, sororité... C'est le programme de la série d'été « Girlsquad » sur France TV Slash — Thierry LANGRO - FTV

Avec Skam bien sûr, mais également Mental, Derby Girl et Stalk, France TV Slash s’est imposée comme la plateforme des séries adolescentes, et la preuve éclatante qu’un teen show à la française était possible. Si Skam et Mental abordaient tous les sujets, même difficiles, avec bienveillance, Stalk montrait, elle, le côté obscur de la jeunesse. Disponible en intégralité vendredi 23 juillet, la série Girlsquad, créée par Estelle Surbranche et Sébastien Fabioux, explore une voie similaire, en clair-obscur, et partage le même rôle joué par les réseaux sociaux dans les vies et les relations des ados.

Un thriller adolescent

C’est l’été sur la côte ouest, le début des soirées sur la plage, des cours de surf, des amours éphémères, des photos bien cadrées sur Instagram… Malheureusement un stalker, « The Voyeur », commence à harceler les filles sur les réseaux sociaux. Pire, au lendemain d’une fête, la jeune Anaïs est retrouvée sur le bord de la route, dans le coma. Que lui est-il arrivé ? Y a-t-il un lien avec la nouvelle venue et mystérieuse Billie ?

La sororité à la rescousse

Plus que Stalk, l’équipe de Girlsquad revendique l’influence des thrillers adolescents et américains Pretty Little Liars et Riverdale. Mais si les secrets et rebondissements sont le moteur, parfois artificiel, du récit, le coeur de la série reste la bande de filles du titre. Chloé, Ruby, Sofia, Constance, Billie… Elles offrent des portraits de jeunes femmes diverses, complexes, riches, malheureusement desservies pour certaines par un jeu d’actrice approximatif.

Reste que la série dégage un vrai esprit de sororité, décrit comme n’allant pas forcément de soi mais étant plus que nécessaire dans une société toujours sexiste, patriarcale et violente envers les femmes en général, et les adolescentes en particulier.