Festival TV de Monte-Carlo : Un palmarès qui vibre aux couleurs de l’arc en ciel

PALMARES La cérémonie de clôture du Festival International de Télévision de Monte-Carlo a eu lieu ce mardi soir au Grimaldi Forum

Anne Demoulin

— 

Une partie du casting de la série It's a Sin.
Une partie du casting de la série It's a Sin. — Red Production Company and all3media international

Un palmarès plein de fiertés ! La 60e édition du Festival de télévision de Monte-Carlo s’est achevée ce mardi. Le jury fiction, présidé par la scénariste, réalisateur et producteur suédois Måns Mårlind (The Bridge, Midnight Sun, Shadowplay) et composé de l’acteur français Arnaud Ducret (Parents mode d’emploi, Mensonges), du producteur allemand Moritz Polter (Das Boot, Freud), l’acteur et rappeur français Joey Starr (Le Remplaçant), de la scénariste et réalisatrice britannique Kay Mellor (The Syndicate, Band of Gold) et le producteur norvégien Anders Tangen (Lilyhammer, Home for Christmas) a rendu son verdict et remis ses Nymphes d’or lors de la cérémonie de clôture au Grimaldi forum ce mardi soir.

Un film sur l’homophobie

Déjà primé au festival de Deauville, le film Mon oncle Frank, produit par Miramax et Amazon Studios et disponible sur Amazon Prime Video, remporte pas moins de trois récompenses. Sacré meilleur film et meilleure création, ce long-métrage du créateur d’American Beauty, Six Feet Under et True Blood Alan Ball suit le touchant récit du coming out d’un professeur d’université Frank Bledsoe (Paul Bettany, le synthézoïde Vision de WandaVision, sacré meilleur acteur) dans l’Amérique des Seventies.

La série finlandaise Piece of My Heart a reçu le prix spécial du jury. Dans ce drame, Rita (Lotta Lehtikari), agent de la protection de l’enfance, reprend le travail après sa suspension à la suite de la disparition d’un enfant dont elle est tenue responsable.

Une série sur les années Sida

Du côté des séries, It’s A Sin, la minisérie probablement la plus personnelle du scénariste et producteur multirécompensé Russell T Davies, à qui l’on doit Queer As Folk, A Very English Scandal, Years And Years et le renouveau de Doctor Who, remporte quant à elle deux récompenses.

Cette minisérie, produite par RED Production Company pour Channel 4 et HBO Max en association avec All3media International Grande-Bretagne et disponible en France sur MyCanal, raconte les joies et les chagrins d’un groupe d’hommes gays dans le Londres homophobe des années 1980, ébranlé par l’arrivée du Sida. « Avant de commencer à écrire, je n’avais pas réalisé à quel point la série reflétait ma propre vie : j’avais 18 ans en 1981 », écrit Rusell T Davies dans le dossier de presse.

Lydia West, qui campe Jill Baxter, un personnage inspiré par une des amies du créateur, Jill Nalder, a été quant à elle sacrée meilleure actrice. « Elle a été plus investie que moi, elle a bien plus de mérite dans le sens où elle a passé plus de temps sur le front du sida que moi, elle a tenu la main de davantage de mourants que je ne l’ai fait », raconte le showrunner au sujet de Jill Nalder, qui incarne la mère de son double de fiction dans la série, toujours dans le dossier de presse. Une 60e édition où inclusion rime avec télévision.

Les Nymphes d'or de la catégorie actualité

Un autre jury a récompensé les meilleurs documentaires et reportages au monde :

Meilleur reportage d'actualités : ITV News - Inside US Capitol (ITN Productions, Grande-Bretagne)

Meilleur grand reportage d'actualités : The Diagnosis: COVID-19 (TVI, Portugal)

Meilleur film documentaire : Citoyen Nobel (Dreampixies, Suisse)

Prix spécial du jury : Dying to Divorce (Dying To Divorce Ltd / Aldeles, Grande-Bretagne, Norvège, Allemagne, Turquie)

Prix spécial prince Rainier III : Now (Starhaus Produktionen GmbH, Allemagne)

Prix AMADE : The Baby Stealers (BBC World Service, Grande-Bretagne)

Prix de la Croix-Rouge monégasque : Yemen: Coronavirus in a warzone (BBC, Grande-Bretagne)

Prix PeaceJam : Bella Da Morire (Cattleya, Italie)