« Star Wars » : « The Bad Batch » remet les clones au centre de la saga

DISNEY + L’univers créé par George Lucas connaît une nouvelle déclinaison animée grâce à la série « Star Wars : The Bad Batch » qui débute ce mardi sur Disney+

Caroline Vié

— 

«Star Wars: The Bad Batch»: La série qui remet les clones au centre de la saga — 20 Minutes
  • « The Bad Batch » est une nouvelle série animée autour de l’univers de « Star Wars ».
  • On y suit une bande de clones renégats tentant de survivre dans un monde chaotique.
  • Le premier épisode dure 70 minutes et se révèle très prometteur.

Que le 4 mai soit avec vous ! Ou plutôt «May the 4th Be with You », jeu de mots qui en anglais, évoque à la fois la date et la réplique culte de la saga Star Wars. Et ça tombe bien : The Bad Batch, nouvelle série animée, dont le premier épisode de 70 minutes est disponible sur Disney+ ce mardi, permet de célébrer l'événement dignement !

La Force est toujours avec Dave Filoni . Celui que les fans ont surnommé l’Encyclopédie George Lucas a encore fait très fort en donnant une suite à Clone Wars qu’il avait créé en compagnie du roi George avant de se pencher sur Rebel, Resistance et, plus récemment, sur The Mandalorian. 20 Minutes explique pourquoi The Bad Batch est digne des précédentes séries, sans rien spoiler.

Se retrouver dans le temps (sans se noyer)

The Bad Batch (La « Mauvaise fournée » ou « les renégats ») est aussi appelé Force Clone 99. Ils ont d’ailleurs ce chiffre sur leurs uniformes. Ce sont des clones différents de leurs petits camarades bien sages. De ceux qu’on pourrait considérer comme ratés. On les a vus dans la septième saison de la série Clone Wars. L’action de The Bad Batch se déroule juste après celle de cette série et de l’Episode III: La Revanche des Sith, troisième volet de la saga. C’est un beau boxon dans la Galaxie très très lointaine dont Palpatine s’est autoproclamé empereur. Luke Skywalker, Han Solo et la princesse Leia ne viendront lui pourrir la vie que des années plus tard.

Des mauvais plutôt bons

Ils sont cabossés comme tout, les héros de la série. Et c’est ce qui les rend intéressants. Avec leurs uniformes de bric et de broc, leurs envies de survivre dans un monde hostile et leurs questions sur le parti à suivre, ils imposent tout de suite des personnaliés fortes et des looks très réussis. L’autoritaire Crosshair et son visage tatoué et Techavec ses petites lunettes jaunes sont nos préférés parmi les membres déja connus de l’escouade. Mais l’intrigue offre aussi des nouveaux venus fort prometteurs, dont il serait dommage de révéler l’identité.

Quand les anciens s’animent

Les connaisseurs de la saga saisiront les « œufs de Pâques » et autres références aux précédentes œuvres de la saga. Notamment le retour du vénéneux Grand Moff Tarkin qui fut autrefois incarné par Peter Cushing dans Un Nouvel espoir (1977), le film sans lequel ni la série, ni cet article n’auraient existé puisqu’il est en réalité le tout premier à avoir vu le jour. On avait retrouvé le comédien, décédé en 1994, dans Rogue One (2016) grâce à la magie des images de synthèse. C’est en animation qu’il revient cette fois, toujours aussi impressionnant avec son visage taillé à la serpe.

On a envie de voir la suite

Dave Filoni et son équipe n’ont plus à prouver qu’ils s’y connaissent en termes de séries et qu’ils savent bâtir un suspense. Ce premier épisode, graphiquement superbe, est conçu pour donner envie de savoir ce se passe ensuite. ll faudra attendre le vendredi 7 mai et les suivants pour découvrir ce qui arrive à ces clones attachants qui pourraient bien être rejoints par d’autres stars de la saga. Pour patienter, Disney + propose aussi de découvrir un court-métrage des Simpson centré sur la saga ainsi que des visites (virtuelles) des planètes découvertes dans Star Wars.