« Mare of Easttown » : Kate Winslet dans une série policière qui cache un drame familial

POLAR Dans « Mare of Easttown » sur OCS ce lundi, Kate Winslet joue une flic cabossée qui enquête sur un meurtre et une disparition

Anne Demoulin

— 

Kate Winslet est l'héroïne de la série « Mare of Easttown ».
Kate Winslet est l'héroïne de la série « Mare of Easttown ». — HBO

Une série qui peut en cacher une autre ! Dix ans après Mildred Pierce, réalisé par Todd Haynes, qui lui a valu un Golden Globe et un Emmy Award, Kate Winslet revient sur HBO dans Mare of Easttown, une minisérie diffusée en France ce lundi à 21h05 sur OCS. Dans cette fiction en sept épisodes, créée par Brad Ingelsby (The Way Back) et réalisée par Craig Zobel (The Leftovers), l’actrice britannique campe Mare Sheehan, la détective de police d’une petite ville de Pennsylvanie, Easttown, qui se voit confier une enquête sur un meurtre. Mare of Easttown est tout à la fois une série policière qui, comme Twin Peaks, ausculte l’impact d’un crime dans une petite communauté et un drame familial, comme Sharp Object, où l’on autopsie les blessures du passé.

La série s’ouvre sur les modestes maisons en briques de la petite bourgade ouvrière d’Easttown, alignées en rang soignés et caressées par la lumière azurée d’une fraîche journée d’hiver. Mare connaît tout le monde en ville, tout le monde connaît Mare, et tout le monde se connaît en ville.

Un drame intime

Surnommée « Lady Hawk » en souvenir d’un tir gagnant lors d’un match de basket 25 ans auparavant, Mare est mal coiffée, roule en SUV, porte des chemises de bûcheron et vapote pour réfléchir. Au boulot, elle est tourmentée parce qu’elle n’a pas réussi à résoudre le cas d’une adolescente disparue. Et, en ville, les critiques vont déjà bon train.

A la maison, Mare est tourmentée aussi. Son fils aîné s’est suicidé. Divorcée, son mari Frank (David Denman) est sur le point de se remarier. Mare essaie tant bien que mal d’élever son petit-fils dont elle est la tutrice, sa fille adolescente Siobhan (Angourie Rice) et de soutenir Carrie (Sosie Bacon), sa belle-fille à la dérive

Elle partage son toit avec son envahissante mère, Helen (Jean Smart, splendide), qui a le don de la mettre sur les nerfs. Sa seule distraction, Richard (Guy Pearce), un écrivain et professeur qui vient de s’installer en ville.

Un polar social

Une grande partie de la narration est centrée sur le meurtre d’Erin McMenamin (Cailee Spaeny), une fille mère, retrouvée morte à la fin du premier épisode. Cette tragédie est-elle liée à la disparition non-élucidée de Katie Bailey ? Un serial killer rôde-t-il en ville ? Colin Zabel (Evan Peters, vu dans American Horror Story), un inspecteur du comté, est appelé à l’aider. Ce qui n’est pas du goût de Mare, qui s’épanouit habituellement seule dans l’action. Une dynamique initié-outsider qui rappelle celle d’Olivia Colman et David Tenant dans Broadchurch.

Mare of Easttown se déploie lentement, mais sûrement, à travers ses personnages minutieusement construits. Ce monde-là sent le vécu. Si son personnage porte sur ses épaules tous les malheurs de la ville, Kate Winslet porte la série à bout de bras. Présente dans quasiment chaque plan, Kate Winslet, immense, enveloppe de subtilité cette Mare, intrinsèquement humaine et profondément imparfaite. Bref, un drame criminel dans la lignée d’Happy Valley.