Télévision : Jamie Foxx jouera le rôle-titre d’une mini-série sur la vie de Mike Tyson

DISTRIBUTION Approuvée par « Iron Mike », elle sera produite par Martin Scorsese

20 Minutes avec AFP
— 
Jamie Foxx (à droite) jouera le rôle de Mike Tyson (à gauche) dans une série télévisée produite par Martin Scorsese.
Jamie Foxx (à droite) jouera le rôle de Mike Tyson (à gauche) dans une série télévisée produite par Martin Scorsese. — /AP/SIPA

On en sait officiellement un peu plus sur le casting de la mini-série télévisée inspirée de la vie de Mike Tyson. Le boxeur américain a lui-même indiqué lundi que le comédien Jamie Foxx campera le rôle-titre et Martin Scorsese sera à la production, confirmant une information du site The Hollywood Reporter.

Une attachée de presse du metteur en scène américain Antoine Fuqua (Training Day, Equalizer) a par ailleurs indiqué qu’il réaliserait la mini-série. Aucun accord n’a pour le moment été trouvé avec un diffuseur, selon The Hollywood Reporter.

« Le moment parfait » selon Tyson

« Je cherche quelqu’un pour raconter mon histoire depuis un bon moment », a expliqué Mike Tyson, qui estime que son récent retour sur le ring et « l’excitation des fans » en font « le moment parfait ». « Je suis impatient de collaborer avec Martin [Scorsese], Antoine [Fuqua], Jamie [Foxx] et toute l’équipe créative pour proposer au public une série qui restitue mon parcours professionnel et personnel, mais aussi qui inspire et divertisse », a ajouté l’ancien boxeur. Le 28 novembre dernier, « Iron Mike » est remonté sur le ring, à 54 ans, face à Roy Jones Jr (51 ans), avec un nul à la clef, dans le cadre d’une nouvelle ligue d’anciennes gloires du sport créée par Mike Tyson, la « Legends Only League ».

Fin février, la plateforme Hulu, dont Disney est actionnaire, avait annoncé la production d’une autre mini-série sur Mike Tyson, baptisée Iron Mike. L’ancien boxeur avait affirmé que ce projet était mené sans son accord et qu’il ne recevrait aucun droit de son exploitation. Il avait dénoncé la « cupidité » d’Hulu et l'« appropriation » de son histoire, appelant à boycotter la plateforme.