« Big Sky » : Comment la série avec Ryan Philippe se joue des attentes du public

PSYCHOSE Ryan Philippe est la « star » de cette nouvelle série policière, disponible sur Disney+

V. J.

— 

Ryan Philippe fait son retour sur le petit écran dans « Big Sky », série disponible sur Disney+
Ryan Philippe fait son retour sur le petit écran dans « Big Sky », série disponible sur Disney+ — Disney - ABC International Television
  • Disney+ lance le 23 février une nouvelle section, Star, avec des contenus destinés « aux parents et aux jeunes adultes ».
  • Dans son catalogue, Big Sky était un des événements de la rentrée séries, car créée par le scénariste David E. Kelly et portée par la star Ryan Philippe.
  • Mais une grosse surprise attend le public à la fin du pilote de ce thriller sur fond d'enlèvements dans le Montana.

A cause de la crise sanitaire du Covid-19, la rentrée des séries sur les chaînes américaines ne s’est pas passée comme prévu, avec moins de nouveautés. Big Sky était l’une d’entre elles, un double événement puisqu’elle est la dernière création d’un David E. Kelley en pleine gloire (Big Little Lies, The Undoing) et marque le retour de Ryan Philippe sur le petit écran, après les séries Secrets and Lies et Shooter.

Disponible sur Disney+ Star, Big Sky raconte l’enquête d’un duo de détectives privés, Cassie Cody (Ryan Philippe) et Cassie (Kylie Bunbury), aidé par Jenny (Katheryn Winnick), ex-flic et ex-femme de Cody, sur des enlèvements dans le Montana. Un pitch de départ classique pour une série policière, si ce n’est qu’une grosse surprise, un coup de théâtre, attend les téléspectateurs à la fin du pilote. Attention spoilers.

ATTENTION SPOILERS – ATTENTION SPOILERS – ATTENTION SPOILERS -

« Dans les séries, vous pouvez souvent tout prévoir à un kilomètre »

Alors qu’il est présenté comme le ou l’un des héros principaux, qu’il squatte les affiches promotionnelles, Ryan Philippe voit son personnage Cody tué à la dernière minute du premier épisode. D’une balle dans la tête. Aucun espoir donc qu’il ne revienne, à part lors de rares flash-backs, et la suite de la série le confirme. Cassie et Jenny sont les stars du show, bien qu’elles se fassent voler la vedette par John Carroll Lynch, flic véreux et meurtrier de Cody.

« J’étais choqué, bien sûr, commente Ryan Philippe à Variety. Mais c’est ce qui m’a aussi excité dans le projet. Très souvent, dans les divertissements et les séries, vous pouvez tout prévoir à un kilomètre. Avoir un tel moment dans une série comme celle-ci, un moment à couper le souffle, inattendu, c’est vraiment excitant d’en faire partie. » L’acteur a juste peur de la réaction de ses fans, qui ne l’auront vu que le temps d’un épisode.

Le film « Psychose », le premier à tester l’empathie du spectateur

Si les séries usent – et abusent – des morts de personnages comme ressort dramatique et cliffhanger de fin saison (coucou Game of Thrones et The Walking Dead), c’est plus rare dès le pilote. Mais ce n’est pas inédit, à l’instar – attention possibles spoilers - de The Shield et Oz. Pour la première, il s’agit de marquer au fer rouge le ton de la série, et à quel point Vic et la Strike Team sont des pourris, et pour la seconde, de rappeler que personne n’est à l’abri en prison.

On pourrait presque dire que toutes ces séries ont fait une Psychose, en référence au chef-d’œuvre d’Alfred Hitchcock, où l’héroïne apparente Marion, interprétée par Janet Leigh, est tuée sous la douche, à la moitié du film. Le point de vue change alors pour épouser celui de sa sœur Lila, de son amant Sam, d’un détective privée et, bien sûr, de Norman Bates, le gérant du motel. Le film est l’un des premiers à jouer ainsi avec les attentes et l’empathie du public, et s’il ne sera jamais égalé, il ne sera pas non plus copié. Trop risqué pour Hollywood. Citons tout de même l’intro de Scream avec Drew Barrymore, mais la surprise vient moins du personnage que de l’actrice, la star, alors la plus connue du casting.

Un homme de parti, deux femmes de retrouvées

C’est un peu ce que tente Big Sky avec Ryan Philippe, qui voit dans son départ précipité un facteur choc pour le spectateur, mais également une manière de mettre en avant un duo de stars féminines : « J’étais très à l’aise avec le fait que le show était centré sur la femme. J’ai trois sœurs, j’ai été élevé par des femmes. Donc je suis à fond pour voir une série qui célèbre la force de ce qu’être une femme et tout ce qui va avec. C’est une très bonne chose ».