Coronavirus : Sept séries où la fiction est pire que notre réalité

CONTAGION A l’occasion de la mise en ligne de « Hot Zone » sur Salto, voici sept séries pour se remonter le moral en se disant que la situation sanitaire pourrait être bien pire

Anne Demoulin
— 
Peter Jahrling (Topher Grace), un virologiste civil, regarde à travers l'oculaire du microscope avec le Dr Nancy Jaax (Julianna Margulies) et Ben Gellis (Paul James) dans «The Hot Zone».
Peter Jahrling (Topher Grace), un virologiste civil, regarde à travers l'oculaire du microscope avec le Dr Nancy Jaax (Julianna Margulies) et Ben Gellis (Paul James) dans «The Hot Zone». — National Geographic/Amanda Matlovich

Le moral dans les chaussettes à cause de la pandémie ? A l’occasion de la mise en ligne ce mardi de la minisérie Hot Zone sur Salto, 20 Minutes a fait le plein de séries anxiogènes où la pandémie est bien plus catastrophique que la nôtre. De quoi soigner le mal par le mal et relativiser en se disant que la situation pourrait être bien pire.

« Hot zone », disponible sur Salto

Un thriller scientifique captivant ! Hot Zone, disponible sur Salto, relate la terrifiante découverte du virus meurtrier Ebola chez des chimpanzés dans un laboratoire scientifique de Reston, une bourgade dans les environs de Washington aux Etats-Unis. Au péril de sa vie, Nancy Jaax – incarnée par Julianna Margulies qui renfile pour la première fois la blouse blanche depuis Urgences –, vétérinaire de l’armée américaine, va tenter d’enrayer l’épidémie avant qu’elle ne se propage à la population humaine.

« The Stand », disponible le 3 janvier 2021 sur Starzplay

Une vision apocalyptique signée Stephen King en 1978 et connue en France sous le titre du Fléau. Dans The Stand, disponible le 3 janvier 2021 sur Starzplay, un virus, libéré par erreur d’un laboratoire américain, décime la majorité de la population mondiale (son taux de mortalité est de 99,4 % !). Tous les survivants sont hantés par d’étranges rêves : certains par Randall Flagg (Alexander Skarsgård), l’incarnation du mal dans plusieurs romans de Stephen King, d’autres par Mère Abigaël (Whoopi Goldberg), une centenaire qui symbolise le bien. La lutte entre le bien et le mal peut commencer !

« Utopia », disponible sur Amazon Prime Video

Voici un thriller halluciné en huit épisodes, estampillé Gillian Flynn, l’autrice de Gone Girl et Sharp Objects. Utopia est l’adaptation américaine de la série britannique du même nom (disponible sur MyCanal). Elle suit une petite communauté de fans très investis d’un étrange et macabre comic book, intitulé Dystopia. Sam, Becky, Ian et Wilson ne se connaissent pas, mais chattent ensemble sur la BD à longueur de journée. Selon eux, ce livre aurait prédit l’arrivée de plusieurs crises sanitaires comme la grippe porcine, le SRAS, zika, etc. Sa suite, Utopia, jamais publiée, contiendrait les catastrophes à venir. Lorsque le manuscrit est mis en vente lors d’une convention, ils décident de l’acquérir tous ensemble. Le groupe se lance alors dans une périlleuse aventure pour tenter de sauver l’humanité.

« The Rain », disponible sur Netflix

C’est une sorte de version teen drama de The Walking Dead. Dans la série danoise The Rain, une étrange pandémie est propagée par la pluie. Afin de se mettre à l’abri, Simone, (Alba August, la fille du grand Bille August) et son frère Rasmus (Lucas Lynggaard Tønnesen), sont jetés in extremis dans un bunker par leur père, un scientifique qui travaille pour la société Apollon où l’on semble savoir pourquoi la mort tombe du ciel. A leur sortie du bunker, six ans plus tard, ils découvrent un monde où la population a été quasiment totalement décimée par la pluie toxique, où chaque flaque d’eau représente un danger de mort et chaque personne croisée une menace. Ils intègrent un groupe de jeunes survivants, emmené par Martin (Mikkel Boe Følsgaard), prêt à tout pour défendre sa bande.

« La révolution », disponible sur Netflix

Cette uchronie se déroule dans la Royaume de France en 1787, deux ans avant la prise de la Bastille. Le peuple crève de faim, la noblesse s’engraisse. Toute comparaison avec l’Histoire de France s’arrête là. Enquêtant sur une série de meurtres mystérieux, Joseph Guillotin, un jeune et beau médecin (et futur inventeur de la machine à décapiter la noblesse), découvre un étrange virus, le sang bleu. Cette pandémie se propage et pousse l’aristocratie à s’attaquer aux peuples pour survivre. Joseph Guillotin et la rebelle Elise de Montargis vont tenter d’enrayer le mal. La révolte va gronder et l’hémoglobine gicler.

« The Walking Dead : World Beyond », disponible sur Amazon Prime Video

Après neuf saisons de The Walking Dead et cinq du spin-off Fear the Walking Dead, les zombies de Robert Kirkman envahissent une nouvelle série, The Walking Dead: World Beyond, disponible sur Amazon Prime Video. Ce spin-off suit les aventures de deux sœurs, la sage Iris (Aliyah Royale, vue dans The Red Line) et l’intrépide Hoppe (Alexa Mansour, vue dans How to Get Away with Murder), deux adolescentes appartenant à la première génération ayant grandi après l’apocalypse dans l’enceinte d’une zone sécurisée, à l’abri des morts-vivants. Avec l’aide de leurs amis Felix (Nico Tortorella, vu dans Younger) et Elton (Nicolas Cantu, aperçu dans The Good Place), les deux jeunes femmes vont quitter leur cocon afin de retrouver leur père, bravant tout à la fois la menace des zombies et les adultes de cette mystérieuse organisation dont le fameux logo aux trois anneaux a été aperçu sur l’hélicoptère emmenant Rick Grimes dans la série mère.

« Boca A Boca », disponible sur Netflix

Ce thriller brésilien mélange découverte de la sexualité, pandémie et panique. La série Boca A Boca se déroule dans une petite ville rurale du Brésil, spécialisée dans l’élevage. Tout commence lorsqu’une jeune fille se réveille au lendemain d’une fête un peu trop arrosée avec une étrange gueule de bois. Très vite, les adolescents de la ville vont comprendre qu’il s’agit d’une infection qui se transmet par le baiser, d’où le titre, que l’on peut traduire par « bouche-à-bouche ». L’épidémie parviendra-t-elle à être contrôlée avant qu’il ne soit trop tard ? La psychose croît dans le lycée alors que les ados doivent composer avec l’infection, s’efforcer de cacher la vérité aux adultes et gérer les drames (inhérents à leur âge) liés au vecteur de transmission de la maladie… qui fait surgir des secrets jusqu’ici bien cachés.