« Raised by Wolves » sur Warner TV : La série « Alien » de Ridley Scott qui ne dit pas son nom

SERIE Ridley Scott réalise une série télé pour la première fois, et on n’est jamais très loin d’une autre « série », de films cette fois, la saga « Alien »

Vincent Julé
— 
«Raised by wolves», une série réalisée par Ridley Scott et sous forte influence «Alien»
«Raised by wolves», une série réalisée par Ridley Scott et sous forte influence «Alien» — Studio T. All Rights Reserved
  • Diffusée aux Etats-Unis sur HBO Max, Raised by Wolves débarque en France, sur Warner TV, lundi soir, à raison de deux épisodes par semaine
  • Il s'agit de la première série réalisée par Ridley Scott, l'auteur de classiques de la SF comme Blade Runner et Alien
  • Et ça se voit ! Le cinéaste revisite les mêmes obsessions que dans ses films Alien

David Lynch, Martin Scorsese, James Cameron, Jane Campion, David Fincher et même Steven Spielberg avec des épisodes de Night Gallery ou Columbo, tous les grands cinéastes se sont déjà frottés au monde des séries. Mais pas Ridley Scott. Du moins en tant que réalisateur, car il a produit The Good Wife, The Man in the High Castle ou The Terror via sa boîte Scott Free. Raised by Wolves est donc une première pour le réalisateur britannique.

Plus de trente ans après Alien, le huitième passager, Ridley Scott décidait en 2012 de revenir titiller du xénomorphe, et de revisiter la mythologie de la saga, avec une préquelle qui ne disait déjà pas son nom, Prometheus, et sa suite plus explicite Alien : Covenant. Avec l’introduction des Ingénieurs et le parcours de l’androïde David, le cinéaste se réappropriait l’univers et le pliait à ses obsessions, reléguant l’Alien à un deuxième voire troisième rôle. Et il compte bien continuer dans la ou les suites, avec toujours plus de focus sur les androïdes, l’intelligence artificielle, le complexe de Dieu…

Ce n’est pourtant pas au cinéma que l’on retrouve ses thématiques, mais à la télévision dans la série Raised by Wolves, diffusée à la rentrée sur HBO Max aux Etats-Unis et à partir de lundi soir sur Warner TV en France. L’histoire se dréoule au XXIIe siècle et suit deux androïdes, Mother et Father, transportant des embryons humains sur une exoplanète pour créer une nouvelle colonie et ainsi sauver l’humanité. En effet, la Terre est devenue inhabitable après une guerre entre l’Eglise Mithraïque et les Athées. Ce sont ces derniers qui ont envoyé les androïdes, mais un vaisseau mithraïque débarque bientôt sur leur nouvelle planète Keepler-22b. Comme un clin d’oeil à LV-426, la planète du premier Alien ? Mother, comme l’IA du Nostromo, le vaisseau du premier Alien ? Et quid de ces mystérieuses créatures, de ces figures encapuchonnées, de ces fresques cachées, ainsi que de ces réflexions sur la maternité, la religion… Le téléspectateur ou téléspectatrice peut presque jouer à un bingo Alien !

Une déesse parmi les hommes

Pourtant, Raised by the Wolves n’est pas une série Alien, du moins en saison 1 et jusqu’à preuve du contraire. Elle a été renouvelée pour une deuxième saison. Créée par Aaron Guzikowski (le film Prisoners, la série The Red Road), la série n’en porte pas moins les «visions» de Ridley Scott, qui donne tout dans le premier épisode, peut-être ce que la science-fiction a offert de meilleur sur un écran cette année. Il faut voir Mother, impressionnante Amanda Collin, se transformer en Necromancer et s’envoler dans les airs, à la fois arme toute puissante et déesse parmi les hommes. On est alors prêt à la suivre aux confins de l’espace et sur plusieurs heures de série.

Les épisodes suivants, dont certains signés par le fils Luke Scott, font malheureusement trop souvent du surplace, entre les androïdes et leurs enfants qui construisent des cabanes, et les Mithraïques qui traînent des pieds dans le désert. Il y a toujours une fulgurance visuelle ou un ressort narratif pour relancer l’intérêt et surtout la mythologie, mais avec toujours plus de questions et peu de réponses, attention à… l'effet Alien ?