«The Mandalorian»: Peu de Baby Yoda mais un dragon des sables et le shérif Timothy Olyphant... Notre résumé du premier épisode de la saison 2

TELLE EST LA VOIE « The Mandalorian » est de retour avec une saison 2 sur Disney+. Attention, on vous raconte l’essentiel du premier épisode

V. J.

— 

Mando continue à jouer les cow-boys et les papas de substitution dans la saison 2 de « The Mandalorian »
Mando continue à jouer les cow-boys et les papas de substitution dans la saison 2 de « The Mandalorian » — Disney+

Avec l’avènement des plateformes de streaming et du binge watching, le grand rendez-vous sériel a plus ou moins disparu, le dernier vestige de cet ancien monde étant Game of Thrones. Mais il ne tient qu’à nous de nous retrouver et de communier chaque semaine devant l’épisode d’une série évènement. Et cela pourrait être The Mandalorian, la série live Star Wars, dont la saison 2 a débuté ce vendredi sur Disney+. Voici notre récap' du premier épisode, qui reprend les aventures de Mando et de Baby Yoda là où la saison 1 les avait laissés.

Il y a bien longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine… Après la chute de l’Empire dans Le Retour du Jedi, le Mandalorien, un chasseur de primes à la Boba Fett, accepte un contrat non officiel pour transporter un objet secret et précieux : Baby Yoda. Il se rebelle vite contre ses commanditaires et décide de protéger « L’Enfant », dont il découvre au fur et à mesure les capacités extraordinaires. Comme le lui révèle une armurière mandalorienne, il pourrait appartenir à un orde ancien de sorciers, les Jedi. La nouvelle mission de Mando est donc de ramener Baby Yoda auprès des siens.

[ATTENTION « THIS IS THE SPOILERS » SUR L’EPISODE 1 DE LA SAISON 2]

«Ce n’est pas un endroit pour un enfant », lance un promoteur de combats clandestins à Mando dans les premières minutes de ce début de saison 2. « Où que j’aille, il me suit », répond Mando. Le duo est donc intact, et Mando cherche d’autres Mandaloriens pour l’aider dans sa quête des semblables de Baby Yoda… les Jedi ? Notre promoteur louche (forcément) connaît un seul Mandolarien, sur Tatooine, mais il est surtout intéressé par l’armure en Beskar, un matériau rare, que porte Mando. Trois baffes plus tard et tout le monde KO, notre héros masqué est en route pour la planète Tatooine, et plus précisément la ville fantôme de Mos Pelgo où vivrait un Mandalorien.

Missions annexes

A cheval sur sa moto volante, Mando arrive tel un cow-boy, et The Mandalorian appuie  son héritage western et serial des années 1950. L’occasion de siffler l’imparable thème de Ludwig Göransson. Le Mandalorien qu’il cherche se révèle être, une fois le masque tombé (sacrilège), un simple quidam qui joue les shérifs et qui est interprété par nul autre que Timothy Olyphant des séries Deadwood et Justified. A la fois une facilité et un plaisir. De son vrai nom Cobb Vanth, il est prêt à rendre son armure de Mandalorien chiné auprès de Jawas, si Mando l’aide à se débarrasser d’un dragon des sables.

Si le showrunneur, et auteur-réalisateur de ce premier épisode, Jon Favreau, avait promis plus de feuilletonnant en saison 2, la série reprend pour l’instant la recette de la première avec une histoire/mission par épisode, ce qui faisait à la fois son charme et sa limite. Avec l’aide des hommes des sables, les Tuskens, Mando, Cobb et les villageois (mais en fait surtout Mando), réussissent à se débarrasser de ce monstre des sables tout droit sorti de Dune… ou de Sand Sharks. Et Mando repart dans l’autre sens, sous le regard d'un personnage enigmatique qui devrait réveiller les fans hardcore.

Baby Yoda, où es-tu ?

Comme vous ne l’aurez pas lu, car il brille par son absence, Baby Yoda fait juste de la figuration dans cet épisode. Timothy Olyphant est un bon palliatif, et on espère le revoir dans de futurs épisodes, comme la Cara Dune jouée Gina Carano en saison 1. Elle sera d’ailleurs de retour, comme également Carl Weathers ou Giancarlo Esposito. C’est l’intention de Jon Favreau, explorer d’autres personnages et intrigues au-delà des seuls Mando et Baby Yoda, dans l’esprit d’un certain Game of Thrones. Tiens tiens…