Canneseries : « J’ai dit “oui” à “Dix pour cent” sans avoir lu le scénario », confie Sigourney Weaver

INTERVIEW Sigourney Weaver, invitée d’honneur de Canneseries, est la vedette du cinquième épisode de la quatrième et dernière saison de « Dix pour cent »

Propos recueillis par Anne Demoulin

— 

Sigourney Weaver dans la série « Dix pour cent ».
Sigourney Weaver dans la série « Dix pour cent ». — Christophe BRACHET - FTV/ MONVOISIN PROD/ MOTHER PROD

La star américaine aurait dû illuminer de sa présence le tapis rose du Palais des festivals, la pandémie en a décidé autrement… Sigourney Weaver, invitée d’honneur du festival Canneseries, a tout de même tenu à défendre sa première apparition dans une série française. Elle raconte à 20 Minutes son expérience dans le cinquième épisode de la quatrième (et ultime ?) saison de  Dix pour cent, série qui fera la clôture du festival ce mercredi et qui sera diffusée dès le 21 octobre sur France 2, lors d’une interview via Zoom.

Votre français est impeccable dans « Dix pour cent », faisons-nous l’interview en français ou en anglais ?

Oh, merci ! J’ai travaillé avec un professeur pour que mon français soit convenable. Il est probablement plus sûr de la faire en anglais parce que je ne suis pas certaine de comprendre toutes vos questions.

Connaissiez-vous la série « Dix pour cent » avant de recevoir le scénario ?

Oui. Un ami français m’en avait parlé, peut-être au moment du milieu de la deuxième saison, et mon mari et moi l’avons donc regardé avec beaucoup d’intérêt. C’est une merveilleuse idée de passer en coulisses et de raconter les histoires de ces célèbres stars de cinéma qui ont toutes su se présenter sous leur vrai jour, ou du moins une version que nous avons pu apprécier. C’est une idée merveilleuse et le casting est sublime.

Il paraît que vous avez très vite accepté la proposition…

Oui et je n’ai même pas lu scénario ! C’est la seule fois que je l’ai fait. Je tournais un film avec Kevin Kline et j’apparaissais dans chaque scène. Je n’avais donc pas le temps de m’asseoir pour lire attentivement le scénario français. Alors j’ai juste dit : « Oui ». Et je savais que j’aurai l’occasion de le découvrir plus tard avec Marc Fitoussi [le scénariste et réalisateur de l’épisode]. Et je suis très content de l’avoir fait. C’était une grande joie d’être invité à rejoindre ce merveilleux ensemble.

Comment se prépare-t-on à jouer son propre rôle ?

C’est une bonne question ! J’ai trouvé intéressant de voir qui était Sigourney Weaver dans cette histoire. Ils me dépeignent comme une grande star américaine assez arrogante. Et, je dirais que la plupart des acteurs vous diront que nous sommes des gens très simples qui travaillent. J’ai adoré le côté glamour de cette Sigourney Weaver, qui apparaît à l’aéroport avec tous ses bagages. C’est une sorte de fabuleux cliché dont il faut rire. J’aime la façon dont elle utilise sa célébrité pour faire pression sur son agent, puis sur le producteur et le réalisateur afin qu’ils changent le scénario, pour que l’histoire qu’elle s’apprête à tourner ait plus de sens pour elle.

Que partagez-vous avec votre double de fiction ?

Je partage avec elle mon appréciation des agents. J’ai aimé le fait que mon personnage et ceux de Camille [Cottin], Fanny [Sidney] et Liliane [Rovère], étions toutes de mèche pour convaincre le réalisateur. C’est ce que je préfère et cela a évolué au fur et à mesure que nous tournions. J’aimerais pouvoir être aussi glamour qu’elle, qui porte de beaux vêtements en permanence. Mais ce n’est pas vraiment mon expérience d’actrice, je n’ai presque jamais l’occasion de jouer ces rôles très glamours. J’ai donc sauté sur l’occasion de jouer dans les costumes très inspirés de Catherine Leterrier. Je la connais très bien, c’est une amie très chère. Et nous avons eu beaucoup de plaisir à travailler ensemble sur ce projet et à créer cette image de Sigourney Weaver, la star.

Cet épisode parle de la difficulté de vieillir quand on est une actrice au cinéma…

Ce qui est formidable c’est que la série montre aussi des acteurs masculins qui vieillissent et beaucoup de fantastiques acteurs français plus âgés. Je ne pense pas que Hollywood et les studios soient encore le centre du cinéma. Cette idée du premier rôle masculin plus âgé et de la jeune actrice était très courante autrefois, mais ces histoires ne sont plus pertinentes aujourd’hui. Mon âge m’a aidé à obtenir des rôles plus intéressants ces dernières années. Les histoires intéressantes ont des gens de tous âges. Et j’ai remarqué que les personnages des femmes plus âgées sont souvent les personnages centraux et non plus des caricatures qui se contentent d’aller et venir. Je dis cela en espérant qu’il y ait une considération des personnes âgées, de leur importance et de leur expérience, peut-être pas dans tous les films mais il y a beaucoup de films intelligents et drôles qui impliquent des personnages de mon âge. Je suis ravie de cela parce que comme mon personnage dans Dix pour cent, j’aime tourner plus que jamais. Je m’amuse tellement. Et j’ai vécu un moment magique sur le plateau de Dix pour cent. C’était l’une des meilleures expériences que j’ai jamais eues et j’en suis très reconnaissante.

Jane Fonda dans « Grace & Frankie », Holly Hunter dans « Succession » ou encore Sharon Stone dans « Ratched », les séries ne laissent-elles pas plus de place aux actrices de plus de 60 ans que le cinéma ?

C’est probablement vrai. La télévision a donné plus de place aux rôles féminins, et surtout aux rôles principaux féminins et cela a inspiré le cinéma qui a compris à quel point le public aime ces histoires. Autrefois, Hollywood disait aux gens que les hommes choisissaient le film et le scénario et qu’ils ne voulaient voir que des hommes comme eux. Aujourd’hui, plus personne n’y croit. La plupart des séries télévisées ont des personnages féminins très forts et les œuvres de télévision sont vraiment fortes, actuelles et très, très intéressantes. Et je pense que cela a inspiré le cinéma qui a compris à quel point les femmes sont de bonnes actrices à tout âge et apportent de l’engagement et de la vie à ces personnages.

Du point de vue de l’actrice, trouvez-vous que « Dix pour cent » représente bien les rapports entre un acteur et son agent ?

La relation entre les agents et les acteurs est très différente dans cette histoire. Les agents laissent tomber tout ce qu’ils font pour s’occuper des besoins de l’acteur. Ils sont très impliqués. Je suppose que mes agents feraient ça pour moi, mais je suis à New York, ils sont à L.A.. Nous avons une très bonne relation mais ils ne m’aident pas à trouver des petits amis. Ça, je ne leur demanderais jamais. En même temps, je suis mariée, peut-être que cela arrive (rires). Les agents aux Etats-Unis sont très curieux de voir à quel point les agents français sont impliqués et passionnés par leurs clients. C’est une bonne chose de leur rappeler qu’il ne s’agit pas que d’argent et de business mais d’une relation où l’on aide un acteur à faire de son mieux, à se dépasser, à vieillir… Des choses complexes qu’aucune histoire américaine n’a encore couvertes.

Vous êtes l’invitée d’honneur du festival Canneseries, vous considérez-vous comme une fan de séries ?

Je suis une grande fan de Gale Anne Hurd, qui préside le jury. C’est une productrice incroyable qui a créé des histoires tellement intéressantes. The Walking Dead est une série incroyable, mais trop effrayante pour moi. Vous savez, je suis vraiment une froussarde et j’ai peur des zombies. Mais, je suis vraiment une grande admiratrice de ce genre de narration où l’on s’implique davantage à chaque épisode. Et les acteurs sont si bons et les histoires sont si convaincantes. Les séries ont enrichi notre secteur avec tous ces rôles succulents pour des acteurs de tous âges. Et quand j’en regarde une, je suis vraiment absorbée.