Qui est Elizabeth Debicki, la star de « Tenet » et la future Lady Di de « The Crown » ?

ETOILE Actuellement à l’affiche de « Tenet » et bientôt dans le rôle principal de « The Crown », l’Australienne, née à Paris, rafle les rôles les plus convoités à Hollywood

Anne Demoulin

— 

Elizabeth Debicki  sur le tapis rouge de la Mostra de Venise en 2019.
Elizabeth Debicki sur le tapis rouge de la Mostra de Venise en 2019. — Insidefoto/Sipa USA/SIPA
  • Elizabeth Debicki est la star féminine de Tenet, le blockbuster de Christopher Nolan.
  • L’Australienne vient d’être choisie pour jouer la princesse Diana dans les saisons 5 et 6 de The Crown.
  • 20 Minutes lève le voile sur cette étoile montante d’Hollywood qui se rêvait danseuse étoile.

Elle mesure 1,88 m et ne se prive pas de porter des talons ! Elizabeth Debicki est la star féminine de Tenet, le blockbuster attendu comme le Messie de Christopher Nolan. L’actrice a été choisie pour incarner Lady Diana dans les saisons 5 et 6 de la série prestige de Netflix, The Crown. Mais qui donc est cette Australienne qui rafle les rôles les plus convoités à Hollywood ?

L’étoile montante rêvait de suivre les traces de ses parents et de devenir ballerine. Son père polonais a suivi une formation de danseur à Varsovie, et il a rencontré sa mère australienne pendant qu’ils dansaient au Lido à Paris. L’actrice est née dans la capitale française le 24 août 1990.

Une enfance dans la danse

Sa famille déménage à Melbourne lorsqu’elle a 5 ans. Ses parents dirigent une école de ballet : « J’ai grandi dans une maison de fous et parfois je me demande où est l’enfance lorsqu’on danse tous les jours », raconte l’aînée des trois frères et sœurs Debicki dans les colonnes du site suisse Bluewin. Sa grande taille l’empêche d’embrasser une carrière de ballerine. « Mais cela m’a appris beaucoup de discipline, ce qui m’aide en tant qu’actrice », ajoute-t-elle.

Elizabeth Debicki envisage un temps d’étudier le droit avant de s’orienter vers l’art dramatique au Victorian College of the Arts de l’université de Melbourne. Elle voue alors une passion sans borne pour sa compatriote Cate Blanchett. « Elle a vraiment eu un rôle de modèle quand je grandissais. Je me nourrissais de tout ce qu’elle faisait, de chaque film », confie-t-elle à The Independent en 2016.

Un « baptême du feu » chez Baz Luhrmann

Elle fait ses débuts au cinéma dans le film australien My Best Men. Le réalisateur Baz Luhrmann la repère alors qu’il visionne des enregistrements d’auditions à la recherche de nouveaux talents pour son prochain film, Gatsby le Magnifique. Trois mois seulement après avoir obtenu son diplôme, elle s’envole pour Hollywood pour passer des essais aux côtés de Toby Maguire. Elle décroche le rôle de Jordan Baker, la meilleure amie de l’héroïne Daisy, dans la somptueuse adaptation cinématographique du roman de F. Scott Fitzgerald de 2013.

Un « baptême du feu » aux côtés de stars confirmées comme Leonardo DiCaprio et Carey Mulligan. « Pour ma première scène […], il y avait réellement 400 figurants et sept caméras sur des grues […]. Je pensais que c’était normal, car je n’avais jamais rien fait d’important », explique-t-elle dans une interview au Guardian.

Sa prestation ne passe pas inaperçue puisqu’elle remporte l’AACTA Award (l’équivalent australien de nos Césars) de la meilleure actrice dans un second rôle.

Une pièce avec son idole, Cate Blanchett

Elle partage l’affiche avec Isabelle Huppert et Cate Blanchett de la pièce de Jean Genet Les Bonnes à la Sydney Theatre Company. « C’était complètement surréaliste de travailler avec elle », dit Elizabeth Debicki au sujet de son idole de jeunesse. « Lavez toujours vos chaussettes », tel est le conseil que la superstar australienne lui donne. Un conseil qu’elle avait elle-même reçu de Meryl Streep !

En 2015, elle apparaît dans trois films : le thriller d’escalade Everest aux côtés de Jake Gyllenhaal et Keira Knightley, le film d’espionnage Agents très spéciaux : Code UNCLE de Guy Ritchie (pour lequel elle apprend à conduire) et l’adaptation de Macbeth de Justin Kurzel avec Michael Fassbender et Marion Cotillard.

Une prêtresse dans un blockbuster

En 2016, elle décroche le rôle principal de la série australienne The Kettering qui lui vaut l’AACTA de la meilleure actrice dans une série dramatique. La même année, elle donne la réplique à Hugh Laurie dans la mini-série The Night Manager, adapté d’un roman de John le Carré et coproduite par BBC One et AMC.John le Carré dira qu’elle a rendu son personnage, Jed, plus « intéressant » qu’elle ne l’était dans son livre.

En 2017, elle prête ses traits à Ayesha, prêtresse des Souverains, dans le blockbuster Les Gardiens de la Galaxie et sa voix à un des personnages de Valérian et la Cité des mille planètes. Elle apparaît ensuite dans Le Passé recomposé, le biopic sur la réalisatrice Jennifer Fox avec Laura Dern présenté en compétition au Festival de Deauville 2018, le troisième volet de la franchise « Cloverfield » sur Netflix, le biopic Vita & Virginia sur la relation entre Vita Sackville-West et Virginia Woolf et remplace Jennifer Lawrence dans Les Veuves de Steve McQueen.

En plus de Tenet, Elizabeth Debicki est actuellement à l’affiche de The Burnt Orange Heresy (film qui n’a pas encore de date de sortie en France) avec Mick Jagger et Donald Sutherland. Elle apparaîtra prochainement dans son costume de méchante dans Les Gardiens de la Galaxie Vol. 3 avant d’incarner Lady Di dans les saisons 5 et 6 de la série The Crown.

Délibérément silencieuse sur sa vie privée et absente des réseaux sociaux (« Une sorte de monde étranger pour moi », explique-t-elle au Guardian.), Elizabeth Debicki s’apprête tranquillement, mais sûrement à régner sur Hollywood.