La couronne britannique sait comment faire passer un message au créateur de « The Crown »

NETFLIX Mais Peter Morgan ne se laisse en aucun cas influencer dans son écriture

20 Minutes avec agences

— 

La reine d'Angleterre Elizabeth II
La reine d'Angleterre Elizabeth II — Avalon / Starface

Peter Morgan, le créateur de The Crown, a pu avoir des retours de la part de la famille royale concernant la série à succès de Netflix. Bien évidemment, ils lui ont été transmis de manière détournée, digne d’un James Bond.

« J’ai rencontré de manière complètement informelle et impersonnelle quelques personnes a qui il est arrivé de travailler au palais et qui, j’imagine, y ont toujours des contacts (…) Parfois, ils vont venir me voir et me dire « J’ai apprécié certains aspects de la saison », et de cette façon, je comprends qu’il ou elle veut me faire comprendre que quelqu’un d’autre a dit ça », a-t-il confié au Hollywood Reporter.

Un moyen qui permettrait également aux membres de la famille royale de faire état de leur perplexité devant certaines décisions scénaristiques. Pour autant, à aucun moment Peter Morgan ne cherche une quelconque approbation de la part de la famille royale.

Une règle d’or

« Personne n’a jamais tenté de me corriger ou de censurer ce que je fais. Je ne veux rien avoir à faire avec le palais et c’est réciproque », a assuré Peter Morgan. D’autant que le père de The Crown a à cœur de pas interférer avec les affaires courantes de la monarchie. C’est pour ça qu’il s’impose une règle : ne jamais écrire sur des événements qui ne sont pas au moins vieux de 20 ans. « C’est assez de temps pour prendre de la distance afin de vraiment comprendre quelque chose, son rôle, sa position et sa pertinence. Souvent, les choses qui apparaissent essentielles aujourd’hui sont instantanément oubliées, quand d’autres restent dans l’air et prouvent être historiquement pertinentes et durables », a-t-il ajouté.

D’ailleurs, les cinquième et sixième saisons seront en grande partie consacrées à la crise qu’a connue la monarchie lors de la séparation du prince Charles et de la princesse Diana, pour se conclure avec sa tragique disparition. Donc il y a encore beaucoup de marge avant d’aborder l’histoire du prince Harry et de Meghan Markle, ou encore les ennuis judiciaires du prince Andrew et son amitié avec Jeffrey Epstein.