Les sept séries US qu’on meurt d’envie de regarder cet été (si possible au bord de la piscine)

NOUVEAUTES Voici les sept nouvelles séries qu’on n’a pas envie de rater cet été…

Anne Demoulin

— 

Jason Segel signe sa première série « Dispatches From Elsewhere ».
Jason Segel signe sa première série « Dispatches From Elsewhere ». — Amazon Prime Video

L’été sera show ! Comme tout le monde, on appréciera le dernier voyage dans le temps de Dark disponible sur Netflix depuis le 27 juin ou la salve d’épisodes du nouveau Muppet Show, attendu cet été sur Disney+. En parlant de séries allemandes, on trépigne d’impatience de découvrir la troisième saison de Babylon Berlin sur Canal+ le 6 juillet. Du côté des séries américaines, on va continuer de mater le reboot réussi de HBO, Perry Mason, sur OCS et savourer nos retrouvailles avec la famille Hargreeves, les super-héros de The Umbrella Academy. Et même si on a fait le plein de binge-watching durant le confinement, on a hâte de découvrir des nouveaux shows… loin de la maison, et surtout, au bord d’une piscine. Voici les sept nouveautés qu’on brûle de voir cet été.

Stateless, le 8 juillet sur Netflix

Après Mrs America, une nouvelle série au sujet très politique produite par et avec Cate Blanchett ! Centrée sur quatre étrangers d’origines diverses, tous à l’aube d’un nouveau chapitre de leur vie, Stateless les réunit dans un centre de détention de l’immigration australienne.

Présentée au festival de Berlin, cette production australienne de qualité, co-créée par Tony Ayres, Elise McCredie et Cate Blanchett, mérite aussi le coup d’œil pour son scénario non-linéaire et savamment brouillé et le plaisir de voir Yvonne Strahovski, Serena dans The Handmaid’s Tale, dans un autre environnement que la République de Gilead, et Dominic West, le héros de The Affair.

Little Voice, le 10 juillet sur Apple TV+

Cette nouvelle production de JJ Abrams pour la plateforme de streaming d’Apple est un projet ambitieux où l’on suit une jeune femme, interprétée par Brittany O’Grady (révélée dans la série musicale Star), qui tente de percer à New York. Les chansons originales seront signées Sara Bareilles (Love Song), également productrice de la série.

P-Valley, le 12 juillet sur Starzplay

Création de Katori Hall se basant sur sa propre pièce de théâtre intitulée « Pussy Valley », P-Valley suit le quotidien d’un club de strip-tease installé dans le delta du Mississippi. Présentée comme une rencontre en un clip musical et un film noir, chaque épisode retrace l’histoire kaléidoscopique du lieu où des personnages hauts en couleur franchissent ses portes, qu’ils soient brisés par la vie, plein d’espoir ou complètement perdus et de ses strip-teaseuses qui essaient de joindre les deux bouts et rêvent d’un monde au-delà des limites du Piggly Wiggly et du prêteur sur gages. Si vous étiez un fan de Hustlers, cela devrait être une excellente suite…

Cursed le 17 juillet sur Netflix

Adaptation de Frank Miller et Tom Wheeler de leur propre livre éponyme, Cursed est une relecture des légendes Arthuriennes. La série suit Katherine Langford, révélée pour son rôle de Hannah Baker dans la série à succès de Netflix, 13 Reasons Why, dans le costume de Nimue, une jeune femme au don mystérieux, destinée à devenir la puissante Dame du Lac. Après la mort de sa mère, elle s’associe à Arthur (Devon Terrell, connu pour avoir joué un jeune Barack Obama dans le film biographique Barry 2016), un humble mercenaire, dans une quête pour trouver Merlin (Gustaf Skarsgård, Floki dans Vikings) et lui livrer une épée ancienne.

Penny Dreadful : City of Angels, le 23 juillet sur Canal+

Loin du Penny Dreadful d’origine, le spin-off, toujours signé John Logan, Penny Dreadful : City of Angels trace sa propre route. Los Angeles, 1938. Tiago Vega (Daniel Zovatto), premier inspecteur d’origine mexicaine de la police de la ville, et son partenaire Lewis Michener (Nathan Lane) sont chargés de résoudre une série de meurtres rituels inspirés du Día de los Muertos (Jour des Morts au Mexique). Se déroulant quelque cinquante ans après l’originale, la série partage avec son aînée une certaine attirance pour l’occulte. Ce spin-off séduit comme Perry Mason par son ambiance à la L.A. Confidential et la performance de Natalie Dormer, aka Margaery Tyrell de Game of Thrones.

Dispatches From Elsewhere, le 24 juillet sur Prime Video

Dispatches from Elsewhere, première création de Jason Segel (oui, le Marshall de How I Met Your Mother ) s’inspire du documentaire The Institute (sorti en 2003). En 2008, l’artiste Jeff Hull a lancé à San Francisco un jeu de piste rassemblant plusieurs milliers de personnes, durant lequel ils découvraient une fausse société secrète, le Jejune Institute… Dispatches From Elsewhere suit donc le destin de quatre personnages (Jason Segel, Eve Lindley, révélation de cette fiction, la star du rap et hip hot Andre 3000, membre du groupe Outkast, et l’actrice oscarisée Sally Field) dans une chasse au trésor sur les traces du Jejune Institute, une mystérieuse organisation, qui pourrait être maléfique, dirigée par Octavio Coleman (l’impeccable Richard E Grant, narrateur de la série également). Un trip bien barré à mi-chemin entre Twin Peaks et Alice aux pays des merveilles.

Lovecraft Country, en août sur OCS

Adaptée du roman acclamé de Matt Ruff par la créatrice d’Underground Misha Green et produite par Jordan Peele et J.J. Abrams, la nouvelle série horrifique de HBO, Lovecraft Country, suit Atticus Black, un jeune Noir américain (Jonathan Majors) dans un roadtrip à la recherche de son père (Michael Kenneth Williams) et d’un lieu appelé « Lovecraft Country » dans les Etats du sud de l’Amérique ségrégationniste des années 1950, où le racisme est aussi terrifiant que les monstres, venus tout droit de l’imagination de Matt Ruff, tapis dans l’ombre. De quoi frissonner en plein été !