Coronavirus : « "Buffy" est une de mes séries doudous que j’aime revoir dans les moments difficiles »

VOUS TEMOIGNEZ Comédies à binger, classiques à rattraper, madeleines de Proust, des centaines d’épisodes et d’heures… Vous racontez vos séries cultes ou coupables à revoir en confinement

Vincent Julé

— 

Buffy forever
Buffy forever — 2012 Fox

Après l’annonce du confinement, tout le monde – les médias en premier — y est allé de sa recommandation culturelle, pour occuper les enfants, réviser des classiques ou tout simplement passer le temps. Or, les séries se prêtent parfaitement à l’exercice, avec ses personnages récurrents, ses saisons de dizaines d’épisodes, et la tentation du binge watching. Et alors que France 2 dégainait La Grande Vadrouille et autres films du patrimoine en signe de «réconciliation nationale, de grand doudou cinéphile», 6ter ressortait l’intégrale de Malcolm. Là aussi un grand doudou mais sériephile.

Tous les genres, toutes les époques

20 Minutes vous alors demandé quelle série culte, ou coupable, vous alliez regarder pendant le confinement, et les premières réponses brassaient tous les genres, toutes les époques : Breaking Bad, Lost, Ally McBeal, Kaamelot, La Quatrième dimension, Dallas, Dexter, Malcolm, Friends, South Park… « Au début, en mode un peu déprime, je me suis refait pas mal de mes séries comiques préférées, confiait en commentaire de notre appel à témoins Gluttony, citant, par ordre de préférence : It’s Always Sunny In Philadelphia, The League, Scrubs, Parker Lewis ne perd jamais… »

« Une bonne dose d’humour, bien nécessaire en ce moment »

Comme beaucoup, Jérémie a lui aussi privilégié une comédie : « J’ai décidé de regarder l’ensemble de la série culte The Officeavec un Steve Carell complètement déjanté. Tout le monde connaît des passages et de nombreux GIFs issus de cette série, mais cette période de confinement est le bon moment pour enfin se faire l’intégralité de cette série afin de prendre une bonne dose d’humour et de grand n’importe quoi ce qui est bien nécessaire en ce moment. Ça nous permettra aussi de mieux apprécier nos collègues (ou pas…) quand on reprendra le boulot. Il y’a environ 200 épisodes pour un total de 100 heures. Avec encore 15 jours de confinement ça fait tout de même six heures minimum par jour. »

Le plus d’épisodes, le plus longtemps possible

La rentabilité d’une série, en gros le plus d’épisodes possible, le plus longtemps possible, a souvent été pris en compte. Pour Anaïs, c’est Pretty Little Liars : « Avec sept saisons environ de 25 épisodes chacune, je vais avoir le temps de me replonger dans tous ce suspense et ces meurtres ». Sur le groupe Facebook de 20 Minutes Séries, Michel explique avoir choisi de revoir The Big Bang Theory, car il y a 12 saisons de 20 minutes par épisode, en moyenne. Soit dix épisodes, par jour. » Mais les comptes d’apothicaire ne font pas tout, et il s’agit aussi pour lui de retrouver Sheldon, Leonard, Howard, Rajesh. « Ces quatre surdoués sont très attachants. J’ai l’impression de faire partie de ce groupe. »

« Buffy reste une de mes séries doudous pour les moments difficiles »

Le Scooby Gang de Buffy contre les vampires a le même effet sur Florian : « Même si le sujet de la série ne prête pas forcément à rire, la série a démontré qu’elle savait utiliser l’humour comme personne et développer des personnages attachants qui deviennent presque comme des amis au fil des saisons. Rien que pour ça, Buffy reste une de mes séries doudous que j’aime à revoir dans les moments difficiles. »

Le fait que la série a récemment été ajoutée sur Amazon Prime Video a joué, tout comme Dawson pour Anaïs. « Je me suis compte qu’Amazon proposait LA série de mon adolescence, témoigne-t-elle du haut de ses 35 ans. Depuis, j’ai mon petit rituel : un seul épisode par jour, avec plaid, chocolat chaud et éventuellement quelques cochonneries à avaler. M’énerver contre les réactions égoïstes et futiles de Dawson, retomber amoureuse de Pacey et me retrouver entre les personnalités de Joey, Jen et Andy me ramène en arrière et cela fait du bien ! » Pour d’autres, la madeleine de Proust s’appelle Arabesque, Star Trek : La Nouvelle Génération ou Le Prisonnier.

Des rituels à respecter, des classiques à rattraper

A noter que confinement ne rime pas forcément avec binge watching, mais plutôt avec rituel. David profite du confinement pour montrer à ses enfants sa série culte préférée, 24 heures chrono : « Tous les midis, deux épisodes, c’est notre coupure de la journée. Ils se régalent devant cette incroyable série qui n’a pris une ride et vibrent chaque seconde face aux aventures de Jack Bauer. » Adrien, lui, met à profit la période pour rattraper les classiques, à commencer par The Wire : « J’essaie de ne pas tout engloutir d’un coup, donc je me limite à trois épisodes par jour en moyenne pour tenir toute la durée du confinement ». Et bien sûr, à chacun ses classiques, avec Deux flics à Miami pour Charles : « Je me suis refait les deux premières saisons, plusieurs jours pendant lesquels j’ai partagé la vie de Sonny Crockett et de… Phil Collins ! »

Enfin, avec la révolution du streaming, impossible pour Joan de se fixer sur une seule série en ces temps de confinement. La solution ? « Ma liste Netflix ressemble à un arbre de Noël avec des séries de tous genres, raconte-t-elle. J’ai commencé le dernier en date L’Ecuyer du roi, puis picore du mielleux jusqu’à l’overdose avec Soupçon de magie, et part dans les extrêmes en regardant Lucifer et Into the badlands sur Prime. Bref, c’est en fonction de l’humeur de l’instant, et du besoin ou non de voir autre chose que les mêmes quatre murs. »