Tomer Sisley défend « Messiah » après un appel au boycott de la série

POLEMIQUE La pétition, lancée à la suite de la bande-annonce de « Messiah » par une internaute, dénonçant « une propagande maléfique et anti-islamique », a recueilli plus de 4.200 signatures

Anne Demoulin

— 

Tomer Sisley campe un agent du Shin Bet dans « Messiah ».
Tomer Sisley campe un agent du Shin Bet dans « Messiah ». — Hiba Judeh/Netflix

Un thème sensible, pourtant abordé avec beaucoup de sensibilité. Que se passerait-il si un homme (Mehdi Dehbi) attirait l’attention du monde entier en se proclamant le Messie ? Depuis la mise en ligne de sa bande-annonce il y a un mois, le thriller géopolitico-ésotérique Messiah, créé par Michael Petroni (The Book Thief), qui explore la question de la croyance à l’ère des réseaux sociaux, fait l’objet d’une pétition dénonçant « une propagande maléfique et anti-islamique ». Au moment où nous écrivons ces lignes, plus 4.200 personnes ont signé l’appel au boycott lancé par un internaute.

« Cela parle de la perception des événements qui varie selon notre éducation, notre vécu, nos convictions et nos croyances. Etes-vous quelqu’un qui croit ce qu’il voit ou voit ce qu’il croit ? Ces thèmes abordés sont sublimement bien traités et apportent de l’eau au moulin de chaque spectateur sans chercher à lui faire changer d’avis. Je trouve ça magnifiquement bien fait », confiait à 20 Minutes Tomer Sisley, qui campe un officier de renseignement israélien dans Messiah.

« Les gens qui signent la pétition n’ont même pas vu la série ! »

« Si ça avait été une propagande anti-quoique ce soit, je n’y aurais pas participé », défend l’acteur interrogé par nos confrères du Parisien. « Les auteurs de cette pétition se trompent évidemment. Les gens qui signent la pétition n’ont même pas vu la série ! », déplore-t-il. Dans Messiah, le Français campe Aviram, un personnage qui « déteste le fanatisme et le fait de porter une religion comme un étendard pour faire des choses au nom d’une religion quelle qu’elle soit, au nom de Dieu, quel qu’il soit », avait-il d’ailleurs expliqué à 20 Minutes.

Alors qu’une partie de la saison 1 a été filmée en Jordanie, le directeur de la Royal Film Commission de Jordanie a annoncé avoir demandé à Netflix de ne pas diffuser la série sur son territoire lors d’une conférence de presse ce lundi : « Certains éléments de la série pourraient être perçus ou interprétés comme une atteinte au caractère sacré de la religion, ce qui pourrait aller à l’encontre des lois du Royaume ». Nul doute qu’en cas de saison 2, la firme de Los Gatos ne soit dans l’obligation de trouver de nouveaux lieux de tournage.