VIDEO. « F.B.I. », la nouvelle série procédurale efficace de Dick Wolf

ENQUETE Serie Club diffuse ce mardi « F.B.I », la nouvelle création de Dick Wolf. Une série classique mais efficace, qui a déjà son spin-off en préparation aux Etats-Unis

Anne DEMOULIN et Céline FION

— 

Missy Peregrym et Zeeko Zaki dans « F.B.I ».
Missy Peregrym et Zeeko Zaki dans « F.B.I ». — Jeff Neumann /CBS
  • Série Club diffuse ce mardi F.B.I, la nouvelle série de Dick Wolf, le créateur de New York, police judiciaire, New York, unité spéciale, Chicago Police Department, Chicago Fire
  • Comme son nom l’indique, ce procedural suit les enquêtes d’une équipe d’agents à New York.
  • Succès aux Etats-Unis, la série a été renouvelée pour une deuxième saison et un spin-off, FBI : Most Wanted, est en cours de production.

Il est l’un des showrunners les plus puissants à Hollywood. Dick Wolf a fait ses débuts à la télévision en 1984 en tant que scénariste de Hill Street Blues et Deux flics à Miami. Sa première création New York, police judiciaire (Law & Order), il va la décliner en plusieurs séries dérivées. Suivra la franchise autour de la ville de Chicago avec Chicago Fire, Chicago PD, Chicago Med, Chicago Justice. Sa nouvelle série, F.B.I., diffusée ce mardi à 20h50 sur Série Club, suit les enquêtes d’une équipe d’agents à New York. Un pitch simple, classique, efficace. Bref, de la bonne vieille télé à papa comme sait savamment faire Dick Wolf.

L’homme est le chantre du procédural. « J’aime les épisodes qui se tiennent individuellement. On peut ne pas les voir durant un mois, un an. On n’a pas besoin de savoir qui a tué sa femme ou a une liaison avec la baby-sitter. On n’a pas besoin de connaître l’ensemble. C’est une histoire qui se tient en quarante-cinq minutes », a-t-il expliqué lors d’une table ronde au Festival TV de Monte Carlo.

« Le directeur du FBI voulait me rencontrer »

C’est le chef du FBI en personne qui l’a convaincu de monter le projet. « C’est assez persuasif. On m’a dit que le directeur du FBI voulait me rencontrer alors je suis allé à Washington trois jours après. Il était particulièrement intelligent et charmant », s’amuse-t-il.

F.B.I est porté par le duo Missy Peregrym (Rookie Blue) sous les traits de l’agent spécial Maggie Bell et Zeeko Zaki (24 : Legacy) alias l’agent Omar Adom Zidan, son partenaire et ancien agent de la DEA. « Zeeko est rentré et je me suis dit : c’est lui. C’est un personnage intéressant, ce grand Egyptien. Et je me suis dit que ça ferait un personnage très bien pour F.B.I. », commente-t-il.

« Le FBI a des personnes qui parlent arabes, qui sont musulmanes »

F.B.I. met en scène un agent américain et musulman. « Le FBI a des personnes qui parlent arabes, qui sont musulmanes, ce n’est pas une création qui n’a aucun ancrage dans la réalité, ces personnes existent », rappelle-t-il.

Jeremy Sisto (New York, police judiciaire) dans le rôle de Jubal Valentine, un agent spécial adjoint du FBI et Ebonee Noel (Tremors) qui interprète Kristen Chazal, une brillante analyste du FBI tout juste sortie de l’université, complètent l’équipe.

« Ils ont un code moral intangible, c’est rassurant »

Au menu de F.B.I, les mêmes ingrédients qui ont fait les succès, la plupart diffusées sur NBC, du producteur : des enquêtes bien ficelées, des personnages attachants mais dont la vie privée reste au second plan.

Au sujet des agents qu’il met en scène, Dick Wolf souligne : « Ce qui est bien avec eux c’est qu’ils ont un code moral intangible, c’est rassurant, ils n’ont pas de partialité ethnique, ils ne font pas leur travail pour l’argent, mais pour de bonnes raisons. Ça attire le public ». Et ça fonctionne, aux Etats-Unis, F.B.I attire plus de 10 millions de spectateurs par épisode. La série a d’ores et déjà été renouvelée pour une deuxième saison qui a débuté le 24 septembre outre-Atlantique, et un spin-off, FBI : Most Wanted, est en cours de production. Dick Wolf a encore créé un multiverse télévisuel puissant !