VIDEO. La série française «Missions» revient sur OCS: Toujours plus «Lost» dans l'espace?

SERIE Après une première saison enthousiasmante, la série 100% SF et 100% française «Missions» redécolle sur OCS pour de nouveaux épisodes plus ambitieux et plus «lost-iens»

V. J.
— 
«We have to go back?» La série de SF française «Missions» revient pour une saison 2, sur Mars et au-delà
«We have to go back?» La série de SF française «Missions» revient pour une saison 2, sur Mars et au-delà — Empreinte Digitale 2019

La France, pourtant le pays de Jules Verne, Barjavel ou Méliès, a longtemps eu un problème («Allô Houston ? ») avec la science-fiction en général, et l’espace en particulier. Il a ainsi fallu attendre 2017 et  Missions sur OCS pour qu’une série française soit mise en orbite, direction Mars. Avec l’équivalent du budget d’un 52 minutes de Canal+, l’équipage de scénaristes, comédiens et réalisateur nous embarquait pour 10 épisodes de 26 minutes sur la planète rouge, et en plein trip référentiel : 2001, Spielberg, Interstellar et… Lost !



« We have to go back »

Les créateurs de Missions n’ont jamais caché que la série de J.J. Abrams, Damon Lindelof et Jeffrey Lieber était l’une de leurs influences, voire la principale. Et c’est encore plus flagrant dans la saison 2 qui commence ce jeudi soir sur OCS Max. Lors de la première expédition, la team d’astronautes réunie par le milliardaire William Meyer découvrait les débris d’un vaisseau américain, un cosmonaute russe censé être mort depuis un demi-siècle, et un mystérieux temple extraterrestre. Ils repartaient en laissant derrière eux, Jeanne, qui entretient une connexion avec Mars. We have to go back ?



A contre-pied

Dès les premières secondes de saison 2, Missions prend les attentes à contre-pied. Au revoir l’espace infini et le désert rouge, et bonjour une forêt épaisse et verdoyante. Que pasa ? La série française nous fait une « Desmond », du nom du nouveau personnage avec lequel le téléspectateur commence la saison 2 de Lost, non pas sur l’île mais sous l’île, de l’autre côté de la trappe. Et ce n’est pas tout. La forêt abrite en effet une étrange communauté d’un autre âge qui vit de chasse et de rituels, et qui se fait appeler les Autr… pardon Le Cercle ! Impossible de ne pas faire le parallèle entre la nouvelle famille de Jeanne et celle des Autres menée par Henry Gale.

Des missions et des mythologies

Le téléspectateur peut ainsi s’amuser à cocher les cases, conscientes ou pas : une structure évoquant le pied de statue géante, des allers-retours dans le temps… Mais au fil des épisodes, Missions réussit à tracer sa propre route au milieu des références, parfois pesantes, toujours inspirées, pour une saison 2 à la narration plus cohérente et fluide, aux personnages plus travaillés et approfondis, et à la mythologie plus riche et mystérieuse. La série appelle ainsi à d’autres saisons, mais aussi à des réponses, car attention… à l’effet Lost !