Netflix: La série française «Family Business» est-elle un bon gros kif ou un bad trip?

PETARD Netflix sort ce vendredi, en plein débat sur la légalisation du cannabis, une « stoner comedy » made in France portée par Jonathan Cohen et Gérard Darmon

Anne Demoulin

— 

Jonathan Cohen et Gérard Darmon dans «Family Business».
Jonathan Cohen et Gérard Darmon dans «Family Business». — Julien Panie/Netflix

La nouvelle série de la plateforme de Los Gatos risque de faire le buzz, grâce à un timing impeccable. Netflix  sort ce vendredi une nouvelle série, qui malgré son titre à consonance anglo saxonne est une production 100 % française, Family Business. Une sortie qui ne pouvait pas mieux tomber à l’heure des débats sur la légalisation du cannabis. Explications.

Un casting qui roule

Cette comédie familiale suit les tribulations des Hazan, une famille juive qui tient une boucherie casher à Paris, hélas au bord de la faillite. Jonathan Cohen (Serge le Mytho dans la série Bloqués) incarne Joseph, le fils du boucher, incarné par Gérard Darmon (La cité de la peur). On retrouve aussi Liliane Rovère (Arlette dans Dix pour cent) qui campe l’inénarrable grand-mère. Julia Piaton vue dans Qu’est-ce qu’on a encore fait au bon Dieu ? joue la frangine, tandis qu’Enrico Macias interprète son propre rôle. Tout ce beau monde est dirigé par Igor Gotesman, déjà réalisateur de Five, comédie où Pierre Niney vendait de l’herbe pour payer son loyer.

De la boulette au spliff

Le père souhaite que le fils reprenne l’entreprise familiale de bidoche, ce dernier rêve de lancer sa start-up. De quoi créer quelques tensions entre les deux générations… Jusqu’au jour où le fils, Joseph, croise une ancienne copine qui l’informe que son père, futur ministre de la Santé, envisage de légaliser le cannabis. Il décide alors de reprendre l’affaire et de transformer la boutique de bidoche en coffee-shop. Père et fils s’embarquent alors pour un road-trip mémorable à Amsterdam où ils vont fumer ensemble le calumet de la paix.

Pas de carotte, mais un « good trip »

Le duo Cohen/Darmon fonctionne bien. Le tandem réussit à nous embarquer et à nous faire franchement rire. Il est ainsi difficile de résister devant Gérard Darmon fumant un joint avec Enrico Macias dans l’arrière-boutique d’une boucherie. Après Les Frères Pétard ou Paulette, cette nouvelle stoner comedy made in France penche aussi du côté de la dramédie, alternant moments hilarants et émotion. Un bon gros kif sans prétention sur un sujet aussi fumeux que brûlant.